LA PUNAISE DU CHOU : Savoir la gérer

Sur les culture de choux, on entend surtout parler de la fameuse pyrale, une chenille défoliatrice. Il existe pourtant d’autres plaies inhérentes à ce légume-feuille, l’une d’elles, la punaise du chou, peut faire de gros dégâts, dès lors que sa présence vire à l’invasion. Pourquoi apparaît-elle, et comment limiter la casse ? Autonomie Jardin vous livre les secrets de cet insecte flashy, à l’odeur peu sympathique !

La punaise du chou
Photo : Pxhere.com

1 – De quoi s’agit il ?

Il existe en réalité trois espèces de punaises(Eurydema) qui occasionnent des dégâts sur les choux. La punaise du chou, la punaise verte du chou, et la rouge du chou. Le cycle de vie ainsi que les dégâts causés par ces trois espèces sont très similaires. Ces punaises, sont petites, moins d’1 cm. Elles portent de jolis motifs sur le dos, et ont des couleurs vives. Au moins, elles ne sont pas traître, on les voit bien se balader sur les feuilles délicieuses des Brassicacées !

Les adultes sortent à partir de mi-mars, dès que les températures sont en hausse, pour se nourrir sur le chou, et d’autres crucifères(radis, navets, moutardes..). Après la reproduction, les femelles fécondées déposent les œufs sous les feuilles de la plante hôte. Les œufs sont blancs et cerclés de noirs. Ils sont disposés les uns à côté des autres en 2 rangs. Après 3 à 5 jours, les œufs éclosent et délivrent des larves jaunes et noires qui ressemblent déjà aux adultes. Au mois de juin, après plusieurs mues, les larves sont adultes, de couleur rouge et noire. Cette génération d’adulte se reproduit à son tour. Les larves de la 2ème génération sont adultes au mois d’août. En automne, dès que les températures baissent, les punaises se mettent à l’abri pour passer l’hiver (fissures du sol, des murs ou des troncs, sous les pierres ou les feuilles mortes).les adultes qui ont survécus à l’hiver ressortent à partir du mois de mars, et recommence le cycle.

Chou de Milan
Photo : Wikipedia.org

2 – Quels sont les dégâts occasionnés ?

Les dégâts dus à cet insecte sont à relativiser, elles n’occasionneront pas de dégâts très importants sur vos cultures, sauf en cas d’invasion de masse.Les punaises du chou se nourrissent de la sève des plantes qu’elles attaquent. Elles percent les feuilles des plantes à l’aide de leur organe buccal suceur(rostre) pour pomper de la sève. Des taches jaunes ou blanchâtres en mosaïque apparaissent alors sur les feuilles de vos choux. Lorsque celles-ci sont nombreuses, elles peuvent faire rapidement sécher les feuilles, et parfois provoquer la mort du végétal infesté. La croissance, et le développement des pieds atteints est nettement ralenti, voir même stopper en cas de forte infestation. Il faut donc se montrer vigilant.

Eurydema ornatum, est une des 3 espèces de punaises qui parasitent les choux
Photo : Wikipedia.org

3 – Comment la gérer ?

Pour cohabiter pacifiquement avec cette punaise fréquente, il vous suffira de les enlever régulièrement à la main et de les relâcher à bonne distance de votre potager(en campagne, pas chez le voisin!). Surtout, ne les écrasez pas car leur odeur est réellement horrible et vous risqueriez d’en contaminer vos choux. Ces collectes régulières limiteront leur nombre, et donc les dégâts subis. Des filets anti insectes que l’on place sur les cultures sont efficace pour empêcher l’accès à ces ravageurs. Il ne vaut mieux pas les éradiquer de façon radicale, et quasi totale, sinon vous ne favoriserez pas la présence de leurs prédateurs naturels. Le risque d’invasion sera alors maximum l’an suivant.

En bio-contrôle, il existe de petites mouches tels que Trissolcus simoni, ou encore Trissolcus basalis, entre autres, qui parasitent les larves de ces punaises en pondant leurs œufs dedans. Ces parasites ne sont pas commercialisés, mais ils sont présents dans la nature. Certains oiseaux, mais aussi des araignées de jardin se nourrissent des punaises adultes. Enfin, le traitement à base de bactérie : poudre qui contient des cristaux et la bactérie Bacillus thuringiensis. Il suffit de pulvériser sous forme de poudre sur les plants infectés. Il s’agit là d’un simple apport complémentaire, puisqu’on retrouve ce bacille en plus faible concentration dans pratiquement tous les sols, l’eau, l’air et sur le feuillage des végétaux.

Les Trissolcus sont de minuscules mouches qui parasitent les punaises.
Photo : Commons.wikimedia.org

La pulvérisation d’une décoction à base d’ail est aussi un bon moyen d’éloigner la punaise du chou naturellement. En effet, elles n’aiment pas l’odeur de l’ail et auront tendance à fuir rapidement. Il vous suffit de mélanger de l’ail en poudre avec de l’eau, laissez macérer 24 heures, et de mettre cette préparation dans un vaporisateur pour pulvériser sur vos choux. Plus simple, l’huile essentielle d’ail, quelques gouttes dans une noix de savon naturel, dilué à un litre d’eau, fera le même effet répulsif.

En dernier recours, si l’invasion est massive, il est possible d’appliquer un insecticide végétal à base de tabac, ou de pyrèthre.

En préventif, il faut compter sur un hiver froid pour éviter la résurgence des adultes de l’an passé, et en tous cas favoriser la biodiversité régulatrice de tous parasites, et nuisibles. La rotation régulière de vos cultures est une méthode simple, et efficace pour éviter leur réapparition, et endiguer leur prolifération.

Ben MASON

Publié par aj83250

Jardinier autonome, coach, et formateur en éco-jardinage, et en permaculture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :