Du pépin à la grappe de raisin : Semez votre propre vignoble.

Ça y est, l’automne est là, les vendanges 2019 sont à présent terminées, et nous pouvons enfin nous régaler de délicieuses grappes de raisins. Les amateurs de vin devront quant à eux patienter quelques mois avant de tester les premiers vins du cru de 2019. En France, la vigne, introduite par les Romains il y a plus de 2000 ans, est devenue une spécialité dans bien des régions, et une vraie tradition nationale. Le savoir faire de nos vignerons est mondialement reconnu. Si il faut évidemment avoir des solides connaissances pour produire un vin digne de ce nom, la culture de la vigne n’est pas très complexe en tant que telle. Ces plantes grimpantes demandent peu d’eau, et sont à l’aise dans les sols pauvres et caillouteux, la fameuse terre à vigne. En ce moment, il est temps de récupérer, préparer, et stocker les pépins que vous sèmerez au printemps prochain. Avec de la patience, et quelques conseils avisés, vous pourrez produire votre raisin maison, couvrir vos tonnelles et pergolas, et pourquoi pas débuter votre vignoble personnel si toutefois vous disposez d’un peu de place.

Photo : Pixabay.com

1 – Régalez vous, mais ne croquez pas les pépins

Pour récupérer de nombreux pépins, il vous faudra déguster le raisin en mode pleine conscience, car il faut éviter de croquer les pépins. Les graines fendues, ou écrasées ne seront plus viables. Vous ne récolterez donc que les pépins ayant échappés aux coups de crocs.

Il existe des milliers de variétés de vignes à travers le monde. Pour vous assurer du succès de votre viticulture personnelle, vous devez choisir une variété qui marchera bien chez vous. Renseignez vous sur les variétés de raisins en gardant ce qui suit à l’esprit.

  • Vos objectifs. Vous voulez manger les fruits, faire de la confiture, le faire sécher, faire du vin, ou simplement ajouter l’élégance des vignes à votre jardin.
  • Les conditions climatiques. Selon les variétés, certaines vignes seront mieux adaptées à certaines zones géographiques et conditions climatiques spécifiques. Renseignez-vous sur les variétés de raisin qui poussent bien dans votre région.
  • Les hybrides naturels au sein d’une même famille de vignes. Il existe des différences génétiques entre des vignes de même type, le raisin que vous obtiendrez ne sera donc pas forcément pareil que celui que vous avez dégusté. Ayez l’esprit ouvert et soyez prêt à faire des expériences, il se peut même que vous obteniez un raisin meilleur.

Examinez les graines récoltées pour être sûr qu’elles soient correctes et en bon état.

Pressez la graine doucement entre vos doigts. Une graine en bon état doit être ferme au toucher. Regardez également la couleur des pépins. Sur une graine de raisin saine, vous serez capable de distinguer un endosperme d’un gris pâle ou blanc sous l’enveloppe du pépin.

Pépins de raisin
Photo : Autonomie Jardin

2 – Préparez, et stocker vos pépins

Après avoir sélectionné les pépins qui vous semblent viables, lavez-les pour les débarrasser minutieusement de toute pulpe, ou chair. Puis rincez-les bien, avant de les laisser sécher dans du papier ménage pendant 24 heures.

Vous pouvez ensuite passer à l’étape de stratification de vos pépins: De nombreuses graines ont besoin d’une période de froids et d’humidité pour pouvoir ensuite germer. Dans la nature, cela se produit lorsque les graines restent en dormance dans ou sur le sol pendant l’hiver. Vous pouvez reproduire ces conditions par la stratification à froid. Pour les pépins de raisin, le meilleur moment pour commencer la stratification est en novembre, mais il peut être entrepris avant sans incidences, ou après, jusqu’à janvier.

Emballez vos pépins dans du papier ménage légèrement humide, et placez les dans un sac de congélation. Mettez le sac au réfrigérateur. La température idéale pour la stratification est entre 1 et 3 °C, c’est pour cela que le réfrigérateur est un bon endroit pour stocker vos graines. Elles peuvent y séjourner plusieurs années. Laissez-les là pendant deux à trois mois. Attention ne placez pas vos graines proche du bloc de congélation, elles ne doivent pas geler.

3 – Semez vos vignes

Au début du printemps, retirez les graines du frigo, et semez-les dans des godets remplis de terreau de compostage mélanger à du sable de rivière. Plantez les graines individuellement dans vos godets, ou dans des pots plus larges en les espaçant de 5 cm. Arrosez bien, en pluie. Attendez une lune montante en jour fruit pour procéder à cette étape.

  • Assurez-vous que vos graines restent au chaud. Pour qu’elles puissent germer correctement, les graines nécessiteront une température diurne de au moins 20 °C et les valeurs nocturnes ne doivent pas descendre en dessous de 15°C. Utilisez une serre ou des tapis chauffants pour garder vos graines à la température optimale.
  • Gardez le terreau humide, mais pas mouillé. Humidifiez la surface avec un spray à eau lorsqu’elle commence à s’assécher.
  • Vérifiez la croissance. Les graines de raisin prennent habituellement 2 à 8 semaines pour germer et lever. Sélectionnez les plantules les plus précoces, ayant levé durant les 3 premières semaines. Ces plants seront plus vigoureux que ceux qui auront peiné à germer.

Vous pourrez repiquer vos semis dans des pots un peu plus grands quand les jeunes pousses auront atteint une hauteur d’environ 10 cm. Ne sortez pas vos plants de la serre avant que les températures extérieures soit douces, et tous risque de gel écarté. Si vous n’avez pas de serre, il faut décaler vos semis à plus tard, au milieu du printemps. Les vignes doivent lever au soleil, sinon elles s’étiolent.

Lorsque vos jeunes plants auront atteint environ 30 cm, auront développé un système racinaire suffisant, et qu’ils posséderont 5 à 6 paires de feuilles, il sera alors temps de les replanter au jardin. Si vous avez décalé vos semis au milieu du printemps, et que les plants n’atteignent un volume suffisant qu’au début de l’été, il sera alors préférable de les maintenir en pot. Vous les planterez à l’automne. Attention, ils seront tributaires de vos arrosages durant l’été.

4 – Plantez vos jeunes vignes au jardin

Pour bien se développer, et fructifier, les vignes ont besoin d’une quantité importante de soleil, d’un bon drainage et d’une forme de support(palissage, treillage, pergola, ou d’un arbre- tuteur).

  • Choisissez le bon endroit. Les vignes ont besoin d’au moins 8 heures de plein soleil par jour pour obtenir de bons résultats.
  • Espacez les plants de 2 m minimum pour aider leur croissance, car ils ont besoin d’espace.
Vigne sauvage colonisant les arbres
Photos: Flickr.com
Une jeune vigne
Photo : Pixabay.com

Préparez votre sol au préalable, les vignes ont besoin d’un sol bien drainé. Si vous avez un sol argileux ou avec un mauvais drainage, ajoutez-y du compost décomposé, du sable de rivière ou des gravillons pour optimiser le drainage. Autrement, vous pouvez réaliser une butte surélevée avec un bon terreau sablonneux mélangé à du compost. On procédera à la plantation en lune descendante en jour fruit.

  • Vérifiez le pH de votre sol avant de planter les vignes. Le pH de certains sols convient mieux à certains types de vignes que d’autres. Les natives aiment un pH de 5,5 à 6 alors que les hybrides se développent mieux dans un sol avec un pH de 6 à 6,5 et les vignes à vin (vitis vinifera) poussent mieux lorsque le pH est entre 6,5 et 7.
  • Si votre but est de faire du vin, sachez que la saveur et les arômes seront déterminés en grande partie par la composition minérale de votre sol.
  • Faites bassiner vos plants à replanter, les mottes doivent êtres humides.
  • Creusez un trou de 2 fois le volume de la motte à planter, et ameublissez-en le fond pour que les racines puissent s’implanter.
  • Sortez la plante de son pot, si besoin démêlez les nœuds et chignons de racines ayant pu se former au fond du pot.
  • Placez la plante dans le trou de plantation, et recouvrez de terre. Paillez autour du pied, mais veillez à ce que la base(collet) soit dégagée. Arrosez copieusement.

La vigne s’arrosera ensuite modérément, la terre doit pouvoir bien ressuyer entre deux arrosages. Ces arrosages réguliers sont importants la première année pour aider la vigne qui n’a pas encore installé son profond système racinaire. On diminuera la fréquence des arrosages la seconde année, puis, en principe, la vigne ne s’arrose plus. En cas de forte sécheresse les vignerons décident d’arroser pour éviter que le raisin soit trop concentré en sucre, donnant ainsi du vin liquoreux de type Porto. Cependant la vigne supporte très bien chaleur et sécheresse, et redoutera avant tout un excès d’arrosage.

Apportez un peu de compost au pied des vignes, sous le paillage, deux semaines après les avoir plantées. Ensuite, un apport une fois par an, au printemps, suffira.

5 – Entretenez, et taillez vos vignes

Les vignes ont besoin d’un treillis, d’une tonnelle, d’un palissage, ou encore d’un arbre-tuteur pour leur servir de support.

La première année, lorsque vos plantes sont encore petites, de simples piquets seront suffisants pour les aider à pousser et pour les maintenir au-dessus du sol. Lorsqu’elles grandiront, il vous faudra installer un palissage ou une tonnelle. Attachez le haut de la pousse sur le câble et laissez-la pousser le long de ce câble.

Vos jeunes vignes peuvent prendre jusqu’à trois ans avant de devenir de jeunes ceps, et produire des fruits. Pendant ce temps, un entretien correct et un bon support sont essentiels pour obtenir des fruits de qualité.

  • La première année. Observez bien la pousse. Choisissez les trois pousses les plus vigoureuses et laissez-les pousser. Coupez toutes les autres. Ces trois pousses restantes recevront toute la sève, et pousseront davantage.
  • La deuxième année. Utilisez un fertilisant approprié, au moment opportun(compost au printemps). Retirez les boutons de fleurs lorsqu’ils commencent à venir, la vigne perdra en énergie si vous la laissez produire des fruits à ce stade précoce. Coupez tout bouton ou toute pousse qui apparaîtrait en dessous des trois pousses que vous aviez sélectionnées l’année passée. Taillez la vigne proprement en biseau, avec un sécateur propre, car la vigne est sensible aux maladies cryptogames qui s’infiltrent par les plaies occasionnées par la taille.. Attachez sans trop serrer les longues pousses le long de la tonnelle ou du treillis. Si vous avez choisi un arbre comme support, laissez la vigne s’enrouler naturellement sur les branches les plus exposées au soleil.
  • La troisième année. Continuez à fertiliser avec du compost au printemps, et à retirer les bourgeons et pousses qui poussent sous les trois premiers(ébourgeonnage). Durant cette année-là, vous pourrez laisser quelques fleurs produire de petites grappes de fruits.
  • La quatrième année et les suivantes. Continuez la fertilisation printanière, et à tailler. Cette année et les suivantes, vous pourrez laisser toutes les fleurs produire des fruits si vous le souhaitez. Plus vous laisserez de grappes, plus le grain sera petit. Il vaut mieux en supprimer une partie pour obtenir des raisins plus gros. Aussi, cette méthode épuise moins la vigne.
  • Lorsque vous procéderez à l’élagage, souvenez-vous que les raisins vont ensuite pousser sur les tiges âgées d’un an (qui ont poussé l’année précédente).

Ben MASON

Publié par aj83250

Jardinier autonome, coach, et formateur en éco-jardinage, et en permaculture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :