Crocus Minimus
Photo : Flickr.com

LES CROCUS; La beauté dans la discrétion

Moins tristounet et combien plus original que le célèbre chrysanthème de la Toussaint, j’opte ce mois ci pour une bulbeuse élégante fleurissant au début du printemps, ou en automne selon l’espèce. Individuellement discrète, la beauté de cette plante devient évidente lorsqu’elles sont plantés en nombre au pied de végétaux plus haut. La culture de ce bulbe est facile, seule exigence une terre bien drainée, et une exposition plutôt ensoleillée. Si vous avez de l’espace, vous pourriez même produire votre propre safran, en plantant la variété crocus sativus. La patience s’imposera alors pour procéder à la récolte de cette précieuse épice.

1 – Description botanique

Les Crocus sont un genre comprenant de petites plantes bulbeuses et vivaces, appartenant à la famille des Iridacées(Iris). Ce genre représente plus d’une centaine d’espèces (127 espèces et sous-espèces). Les crocus sont distribués sur les zones tempérées d’Europe, en climat méditerranéen et montagnard. Ils sont répartis sur le centre et le sud de l’Europe, et dans une moindre mesure en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Asie centrale .

Le crocus est considéré comme une bulbeuse, pourtant son ‘bulbe’ est en fait un corme (un segment de rhizome) épais, arrondi, de 1 à 3 cm, portant une chemise brune, réticulée et coriace. Le corme a une croissance sympodiale : il produit fleur et feuilles par son bourgeon apical et un ou plusieurs nouveaux cormes en pourtour, souvent au bout de petits stolons, pour assurer la reproduction de la plante.Les crocus ont un cycle de croissance qui se prolonge de l’automne jusqu’au printemps, puis ils connaissent une phase de repos végétatif durant l’été. Parfois, cette croissance est surtout automnale, feuilles et fleurs apparaissent en automne (Crocus sativus), dans d’autres cas, le crocus fleurit en automne, puis les feuilles sont produites plus tard, au printemps (Crocus nudiflorus). D’autres encore s’enracinent durant l’hiver, mais ne se pointent en surface qu’au printemps (Crocus tommasinianus, crocus vernus) ; certains sont intermédiaires et fleurissent en hiver.Le développement des feuilles apparaît souvent après la floraison. Les feuilles longues jusqu’à 30 cm sont étroites, ensiformes, presque filiformes, mais aplaties avec le plus souvent une nervure centrale blanche bien marquée. Les fleurs sont tubulaires et assez longues, la base de la fleur reste au niveau du sol , et le tube floral s’épanouit quant à lui au soleil, quelques centimètres au-dessus du sol. Ce tube floral est formé de 6 tépales dont les coloris peuvent variés du mauve au bleu, des tons violacés au jaune vif, ou blanc…parfois brun à l’extérieur ou strié. Une exception dans la forme de la fleur chez l’élégant Crocus banaticus : les 3 sépales sont très larges tandis que les 3 pétales sont petits et situés à l’intérieur de la fleur ; il ressemble beaucoup plus à l’Iris, on l’appelle d’ailleurs le crociris.

Les fleurs ne s’épanouissent que sous les rayons du soleil. Elles sont pollinisées par les insectes et produisent une gousse de graines souterraine qui émerge au moment de la dispersion ou parfois reste souterraine. Les crocus sont caractérisés par un style grand et coloré et 3 étamines.La dispersion des graines est essentiellement effectuée par les fourmis.

Les feuilles qui se développent après la floraison permettent la production des bulbes, ainsi que la mise en réserves d’éléments nutritifs pour que le crocus reparte l’an suivant.

2 – Plantation et entretien

Il y a deux périodes de floraison correspondant à des espèces différentes.

Il est préférable de planter en automne les bulbes des espèces qui fleurissent en fin de l’hiver et de planter au printemps ou en début d’été les bulbes de crocus qui fleurissent à l’automne. Respectez une profondeur de 4 à 5 cm et procédez par touffe d’environ 20 à 30 bulbes minimum.

  • Le crocus appréciera les situations plutôt ensoleillées pour bien fleurir.
  • Il évoluera bien en sols bien drainés car il redoute les terres gorgées d’eau, surtout en hiver. Si la terre est argileuse, les bulbes seront alors disposés sur un petit lit de gravier.
  • Le crocus est très apprécié des campagnols, souris, et mulots. Prudence donc pour ceux qui en sont envahis.

En variant les nombreuses espèces de crocus, il est possible d’avoir des fleurs de septembre à avril si votre climat est doux en hiver.

Cette plante à l’existence discrète, une fois bien installée, ne devrait vous réclamer que peu d’entretien.

En fin de floraison, attendez que le feuillage jaunisse avant de le couper, car c’est à ce moment que le feuillage restitue des réserves nutritives au bulbe pour assurer la prochaine floraison.

Si vous avez planté vos crocus au milieu d’une pelouse, attendez que le feuillage de vos crocus soit totalement fané avant de tondre votre gazon.

Le crocus a tendance à se multiplier tout seul et devrait vite couvrir vos parterre, pelouse et massifs de fleurs. Il se multiplie également très bien par semis. Le champion de l’acclimatation dans les jardins est le Crocus tommasinania : lorsqu’il se plaît ; il peut se multiplier aussi facilement que du muscari d’Arménie. Prudence cependant, quelques problèmes peuvent survenir, et mettre à mal vos cultures de crocus :

  • ils se sont beaucoup multipliés pendant plusieurs années puis le nombre de fleurs diminue : le groupe de crocus à besoin d’être rajeuni, divisé et replanté : les bulbes ont tendance à trop s’enfoncer dans le sol, et à s’épuiser au fil des ans.
  • les floraisons sont moins généreuses, décolorées ou déformées : vos crocus sont vieux, et vérolés ! Il n’y a rien à faire si ce n’est de s’en débarrasser pour éviter qu’ils n’infectent les autres bulbes alentours.
  • les crocus sont également un festin de choix pour les rongeurs. Les bulbes peuvent être protégés de cette prédation, à la plantation, dans un panier ou dans une nasse de grillage à poule.

3 – Histoire du crocus à safran

Le nom crocus nous vient du grec krokos qui signifie littéralement « safran ».

Le safran est le pistil extrait du Crocus sativus
Photo : Naturalhealthgroup.com

Le safran est le pistil extrait du Crocus sativus . Pas moins de 150 000 fleurs sont nécessaire pour produire un kilo de safran frais qui ne représentera qu’environ 200 grammes, une fois séché ! Les pistils se récoltent à la main, et au levé du jour. Vous comprendrez donc mieux le prix de cette épice, sans doute la plus chère du monde.

Le safran est connu depuis l’antiquité. Les ouvrages d’Homère et de Virgile en font mention. Les Égyptiens, les Hébreux, les Indiens mais aussi les Perses la cultivaient déjà pour en récolter la fameuse épice dont ils se servaient pour aromatiser leurs aliments. Dans ces civilisations anciennes, le safran servait probablement d’offrande aux dieux, mais également de teinture pour les soieries. Les Romains quant à eux semblait l’apprécier tout particulièrement en infusion.

Du Moyen-Age jusqu’à la fin du 19e siècle, la ville de Boynes (entre Beauce et Gâtinais) fut la capitale française du safran. La plante y était tellement prisée qu’elle entrait communément dans la constitution de la dote des jeunes filles à marier. Aujourd’hui encore, la région accueille le musée du safran.

Symbole de joie et d’allégresse, dans le langage des fleurs, le crocus avait autrefois la réputation d’apporter la peine et le malheur. Le crocus a jadis également porté un message de crainte de timidité, d’inquiétude ou d’indifférence.

Planté en grand nombre, le crocus ne passe pas inaperçu
Photo:Pxhere.com

4 – Les espèces cultivées

Une trentaine d’espèces seulement sont cultivées, mais seules quelques unes d’entre elles, et les cultivars horticoles sont couramment proposés à la vente :

-Crocus biflorus (et ses hybrides) est un cultivar proche du crocus vernus, mais il sera mieux adapté aux situations chaudes et sèches, donc aux rocailles. Il produit ses fleurs par paire.

-Crocus chrysanthus, apprécie que le sol s’assèche un peu en été et se plaira aussi en rocaille.

Crocus chrysanthus
Photo : Flickr.com

-Crocus flavus, le crocus jaune, est une espèce qui apprécie les étés secs, il est donc également adapté à la rocaille ;

Crocus flavus
Photo : Commons.wikimedia.org

Crocus imperati est une variété à floraison printanière, précoce, il peut entamer sa floraison en décembre.

Crocus imperati
Photo : Commons.wikimedia.org

– Crocus laevigatus, une espèce du sud de la Grèce qui fleurit de fin novembre à début janvier. La sélection ‘Fontenayi’, a des fleurs lilas pâle à face externe striée de violet. On le surnomme parfois « Crocus de Noël ».

– Crocus ligusticus, le crocus de Ligurie, originaire des Alpes-Maritimes et de Ligurie, à fleurs violettes avec des stigmates rouges, fleurit en octobre. Les feuilles apparaissent en fin de floraison.

– Crocus matthewii est une espèce trouvée en 1994 dans les monts Taurus du sud de la Turquie. Cette espèce à floraison automnale, nommée d’après le spécialiste des crocus Brian Mathew, est remarquable par son périgone blanc à gorge bleue. Cette espèce rare a entre-temps peut-être disparu à l’état sauvage, à la suite d’une récolte excessive.

-Crocus sieberi est un crocus d’automne de culture assez facile. Il n’est pas difficile avec la composition du sol.

Crocus sieberi, ici en sol sableux
Photo : Commons.wikimedia.org

-Crocus tommasinianus est un excellent crocus de jardin, capable de s’acclimater rapidement dans une pelouse ou dans les massifs. on évitera de le mettre en rocaille où il se montrera invasif vis à vis des aux autres plantes.

-Crocus vernus, le crocus de Naples est sans doute le crocus le plus populaire pour les jardiniers: tolérant quant à la nature du sol, il se plaît partout sauf en situations trop chaudes et trop sèches.

Il est possible de trouver chez des producteurs et revendeurs spécialisés  d’autres espèces, plus atypiques en culture, mais tout aussi adaptables dans votre jardin :

Les crocus sativus(safran),etruscus, minimus, pestalozzae, malyi et fleischeri sont des espèces à floraison automnale, tout comme Crocus nudiflorus, le crocus endémique des montagnes Pyrénéennes, qui aime pour sa part les terrains frais.

Ben. MASON

Publié par aj83250

Jardinier autonome, coach, et formateur en éco-jardinage, et en permaculture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :