Fruit incontournable de l’hiver , la clémentine est un agrume doux, bourré de vitamine C comme tout agrume digne de ce nom, et ses dimensions réduites la rende facilement transportable avec soit, pour le p’tit creux de 10h, pour le dessert de midi, ou pour le réconfort du 4 heure. Souvent cultivé dans la péninsule ibérique, au Maghreb, et en Italie, sa production Française se cantonne principalement au sud est du pays, l’île de beauté étant la région productrice française la plus réputée. Nombreux sont les amateurs de ce fruits qui souhaiterait débuter la culture du clémentinier. Description, entretien, semis, bouturage, récolte, et greffage, toute les bases pour bien réussir avec ce fruitier coriace, mais parfois capricieux.

La clémentine –
Gravure botanique
Image: Wikipédia.org

1 – Origine, et description botanique

La clémentine doit son nom au frère Clément (Vital Rodier) de la congrégation du Saint-Esprit, chef des pépinières de l’orphelinat de Misserghin près d’Oran, en Algérie, où il tomba sur cet hybride naturel. Le clémentinier(Citrus clementina) est un arbre hybride de la famille des rutacées, issu du croisement entre un mandarinier (Citrus reticulata) et un oranger (Citrus sinensis).

Le clémentinier forme un arbuste haut de 4 à 6 mètres, à feuilles et fleurs très parfumées .La floraison s’étale du printemps à l’été. Les fleurs étoilées de 15 mm de diamètre sont à 5 pétales blancs. Le fruit est une baie dont les loges de l’ovaire forment les « quartiers ». La clémentine est plus petite que la mandarine, avec une peau plus fine qui s’épluche moins facilement. Elle arrive à maturité un mois plus tôt que la mandarine, qui elle, offre un goût distinct, plus sucré. Les premiers fruits sont récoltés au mois d’octobre et jusqu’à fin janvier dans l’hémisphère nord.

Le zeste renferme des glandes à huiles essentielles qui lui donnent son parfum caractéristique. L’aspect parfois abîmé de la peau, due à la grêle ou aux chocs n’affecte pas la qualité de la chair. La couleur de la peau due à la présence de caroténoïdes s’accentue avec l’écart de température entre le jour et la nuit. Les clémentines corses ont donc généralement une teinte orangé plus marquée que celles qui viennent de régions plus chaudes. Leur calibre plus petit, et l’acidité du fruit s’expliquent aussi par un froid plus marqué.

Coupe d’une clémentine
Photo: Jesuiscultivé.com

Le clémentinier se montre plus résistant face aux gelées et aux maladies, que les autres agrumes. Sa croissance est lente et l’arbre peut très bien être cultivé en bac dans les régions situées hors de la zone littorale méditerranéenne.

Le clémentinier en pleine terre peut atteindre 6 mètres
Photo : Mesarbustes.fr

2 – Culture, et entretien

En France, la culture du clémentinier en pleine terre n’est possible que dans les régions où les épisodes de gel sont rares, moindres en intensité, et brefs.

Dans les régions plus fraîches, la culture du clémentinier en bac permettra de le mettre à l’abri durant l’hiver, dans une pièce lumineuse, tenue hors-gel, mais non chauffée.

Le clémentinier en pleine terre :

Il est recommandé de planter le clémentinier à l’automne ou au printemps.
Vous le planterez dans un endroit ensoleillé, ou à mi-ombre si le climat de votre région est très chaud. Placez-le à l’abri du vent pour éviter la chute des fleurs, et obtenir le meilleur rendement possible.

Les fleurs d’agrumes sont fragiles, et doivent être abritées du vent dominant
Photo : Paniersformidables.bio

Préparez le sol, idéalement riche, profond, bien aéré, sableux ou sablonneux. La composition physique idéale d’un sol propice aux agrumes est de 10 % d’argile, 20 % de limon, 20 % de sable fin et 50 % de sable grossier.

Creusez un trou de plantation d’environ le double du volume de la motte à planter. Ajoutez des graviers au fond de la fosse si le sol est argileux et un amendement organique (compost, terreau, fumier composté).

Placez la motte dans le trou après l’avoir décompacté un peu, et démêler les nœuds racinaires éventuels. Veillez à ne pas enterrer le point de greffe.

Recouvrez la motte avec votre terre de jardin, additionné à du terreau de compostage, et du sable de rivière, tassez légèrement avec le pied puis arrosez copieusement en créant une cuvette autour de l’arbre. Paillez pour protéger votre sol, et le maintenir frais, et humide.

Pour éloigner les ravageurs tels que cochenilles, pucerons et acariens, pulvérisez régulièrement le feuillage en préventif, avec de l’eau additionnée de savon noir :

-diluez 5 cuillères à soupe de savon liquide dans 1 litre d’eau tiède. Ajoutez y une cuillère d’huile essentielle d’ail. Pulvérisez le soir, par temps sec, et sans vent.

-Humidifiez l’atmosphère en aspergeant le feuillage en soirée quand l’air est sec et le temps venteux. Cela évitera l’apparition des araignées rouges.

Le clémentinier en pot :

Le clémentinier s’adapte très bien à la culture en pot
Photo: Growveg.com.au

Pour la culture en pot, On utilisera un bac adapté aux dimensions de la plante. Pour rempoter une motte de 20 litres, on utilisera un bac de 40 litres, une motte de 40l et plus, on optera pour un bac de 80 à 100 litres. On rempotera ensuite l’arbre tous les 2 à 3 ans environ, dans un bac plus spacieux. Un arbre déjà dans un bac de 100 litres, sera aussi rempoter tous les 3 ans, on sortira la motte, on coupera la moitié de ses racines, avant de le replacer dans son bac, avec un terreau frais. On taillera l’arbre à cette occasion pour équilibrer le volume aérien de la plante avec celui des racines.

Aucune taille n’est nécessaire chez le clémentinier mais elle permettra d’augmenter la récolte des clémentines.

  • Supprimez le bois mort et aérez le centre de l’arbre après fructification.
  • Le clémentinier résiste assez bien aux températures négatives, jusqu’à -8° selon les variétés, mais attention, des gelées moins vives, mais prolongées pourraient être plus lourdes de conséquences.

En climat méditerranéen vous pourrez le cultiver et le laisser dehors en hiver.
L’idéal est d’utiliser un voile d’hivernage qui permettra d’anticiper un peu les températures négatives éventuelles.

Si vous le cultivez en pot, l’idéal est de le placer, en hiver, dans une serre ou une véranda non chauffée afin de le protéger du gel, mais avec la fraîcheur relative qui lui est nécessaire durant l’hiver.

En pot, arrosez copieusement 2 fois par semaine en période estivale, 1 fois si l’arbre évolue à mi-ombre, et ajoutez de l’engrais organique pour fruitiers :

  • avant la floraison(début du printemps) ;
  • en juin avant l’éclaircissage des fruits ;
  • puis en septembre pour favoriser la maturation des fruits.

Un manque d’arrosage peut provoquer la chute des fruits, cependant l’inverse est aussi vrai, et l’excès d’eau, sera toujours plus compliqué à rattraper qu’un oubli d’arrosage. Surveillez, la terre doit être humide en été, mais pas détrempée, aussi évitez les soucoupes !

Pendant l’hiver, en l’absence de pluie, n’oubliez pas d’arroser 1 fois par mois, copieusement les plants en pot laissés sur votre terrasse.

La récolte de la clémentine corse se fait avec 2 feuilles de façon à garantir la fraîcheur du fruit, et que celui-ci a bien fini sa maturation sur l’arbre. Le fruit est mûr lorsqu’il est parfumé et ferme au toucher. Il peut être mûr sans que la peau ne soit très colorée. En effet, la clémentine ne prendra des couleurs qu’après un épisode de froid.

Photo : Wikipedia.org

Les clémentines d’Espagne sont mises en chambre froide pour une couleur bien orangée, puis sont couvertes de cire végétale ou de fongicide pour prolonger leur durée de conservation.

3 – Multiplication, et greffage

La plupart des clémentines ne produisent pas de pépins du fait de l’auto-incompatibilité du fruitier. Le pollen du clémentinier, même s’il est fertile, ne peut féconder que les fleurs d’autres espèces, ainsi, un verger constitué que de clémentiniers, donnera en principe des fruits sans pépins. Ce sont des fruits parthénocarpiques.

La présence d’autres agrumes autour peut néanmoins générer des clémentines avec pépins, qui, si semés, donneront un hybride.

La multiplication du clémentinier,si l’on souhaite conserver la « souche originelle », passe donc obligatoirement par le bouturage(voir l’article bouturage du clémentinier), ou par la greffe.

Les agrumes sont greffés pour accélérer la fructification, avec un greffon prélevé sur un arbre adulte.

Le porte-greffe est souvent le bigaradier (Poncirus trifoliata) du fait de sa rusticité (-20 °C) et de sa résistance aux maladies.

Prélevez les greffons en période de repos végétatif sur des rameaux de 1 ou 2 ans puis conservez-les à 10-12 °C jusqu’au printemps.

Attendez que le temps soit doux et humide pour pratiquer la greffe en écusson. Greffez à 25 cm du collet, en prélevant un œil bien fermé du greffon.

Après quelques jours, la soudure est faite et le porte-greffe est rabattu à 15 cm au-dessus de la greffe.

Appliquez un mastic sur les plaies pour éviter les maladies cryptogamiques.

4 – Quelques hybrides et souches intéressantes

Plusieurs variétés de clémentines ont été obtenus par sélection, de manière à pouvoir étaler la période de maturation et augmenter le calibre des fruits. Chaque pays producteur a sélectionné des clones adaptés aux sols, et conditions climatiques du pays. Les clones de la clémentine commune en Corse et l’introduction de souches espagnoles et marocaines a conduit à diversifier les variétés cultivées en Corse.

Cultivars :

– Corsica :Petits fruits ronds à saveur légèrement acidulée.

Variété la plus classique en Corse.

Nules : Arbre vigoureux de 3 m, hauteur et circonférence. 2 mètres en pot.

Maturité dès décembre et les fruits peuvent rester sur l’arbre jusqu’en février.

Variété très productive. Supporte le gel jusqu’à -7 °C.

– Caffin : Croissance lente. Sensible à la salinité des sols.

Maturité entre octobre et décembre. La peau se pèle bien.

Cultivar précoce et surtout cultivé au Maroc.

– Oroval :Fruits de gros calibre à peau épaisse orange vif.

– Fines : Petits fruits à la peau très fine. Elle a donné le cultivar ‘Corsica 2’

Hybrides :

– Clémenvilla :

La clémenvilla
Photo: Primfruit.fr

Feuillage clairsemé qui laisse pénétrer facilement les rayons du soleil dans l’arbre.

Floraison très abondante dès le printemps. Fruits très colorés, acidulés, plus gros que la clémentine, et avec peu de pépins. La pulpe peut être sanguine, et son zeste difficile à peler.

Croisement entre le ‘Tangelo’ et la clémentine (‘Tangelo’ est un hybride de mandarinier et de pomelo). Cultivée en Corse, Espagne, Maroc, Floride, etc.

La taille n’est pas nécessaire.

Nova : hybride du clémentinier avec la Tangerine, au fruits très doux, et de couleur orange foncé.

La Nova
Photo: Terredelletna.eu

Joyeux Noël à toutes et à tous !

Ben. MASON

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

7 commentaires

  1. j’aime beaucoup les clémentines et en particulier les corses pour leur petit gout acidulé.
    c’est un bon fruit d’hiver et vous venez de m’apprendre qu’elles se coloraient avec le froid.
    merci; c’est bon à savoir lorsqu’on les voit à l’étalage.

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Couleur verte, j’espère que ton Noël s’est bien passé, n’ayant pas trouver de mail de contact sur ton blog, je suis cotent de te lire ici. Je tenais à te remercier pour ta participation à mon blog, qui me touche beaucoup, et qui contribuera à faire avancer mes projets pour la sensibilisation à l’environnement, et pour la transmission de méthodes agricoles et de jardinage naturelles, et respectueuses de la nature.
      Merci beaucoup pour ton reblog, j’en suis très flatté.
      Ta contribution au blog te permet de me demander la rédaction d’un post sur un sujet jardin, plante, ou environnemental de ton choix. N’hésite donc pas à me solliciter. Si tu à besoin de conseil pour les plantes, le potager, ou le jardin, je serais ravi de pouvoir t’éclairer sur ces questions.
      Au plaisir de te lire prochainement
      Je te souhaite une belle journée

      Benjamin

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Répondre à aj83250 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :