Découvrez chaque mois une personnalité de l’écologie


DAVID HOLMGREN

Le second pilier de la permaculture

DAVID HOLMGREN
Photo : Holmgren.com.au

Suite logique à l’article « personnalité verte » du mois dernier consacré à Bill Mollison, je vous présente ce mois ci son célèbre compère, David Holmgren. Moins connu que son mentor Mollison, David Holmgren, écologiste engagé de la première heure, n’en a pourtant pas moins fait pour le développement de la permaculture. Il en édictera les 12 principes qui lui semblent fondamentaux, et fondera plusieurs éco-lieu en Australie, sur lesquels ils continue de développer et d’enseigner les méthodes et principes de la permaculture.

1 – Biographie

David Holmgren, né en 1955, est un concepteur écologiste et essayiste australien, natif de l’État de l’Australie-Occidentale. Ses parents étaient activement engagés dans le mouvement contre la guerre au Viêt Nam, son militantisme politique précoce constitua sans doute une base à son combat écologiste. À la fin de ses études secondaires, diplômé, il décide de prendre la route en pratiquant l’auto-stop durant un an. c’est lors de cette échappée qu’il prit conscience de l’ampleur du mouvement « retour à la terre ».

En 1974, il déménage en Tasmanie afin d’étudier le design environnemental à l’université d’éducation avancée à Hobart. Il y rencontre Bill Mollison, alors maître de conférence à l’université de Tasmanie.

Depuis les débuts de la permaculture, Holmgren est influencé par différentes communautés intentionnelles, avec lesquelles il s’engage, notamment la communauté Bredbo, née du Festival Down to Earth en 1979.

Depuis 1983, David propose ses services comme consultant pour le compte de sa compagnie Holmgren Design Services.

David Holmgren a en outre structuré la permaculture en 12 principes clés, mais a également élaboré le concept de  « la fleur permaculturelle ».

Bill Mollison, et David Holmgren
Photo : Permaculture-transizione.com

En 1991, il débute l’enseignement de la permaculture, avec les « Permaculture Design Courses », d’abord auprès de sa communauté de Hepburn Springs, avant de poursuivre sa transmission de connaissances à la ferme Food Forest, en Australie méridionale.

En 1995, en partenariat avec Haridas et Samantha Fairchild, Holmgren et sa compagne Su Dennett fondent la compagnie Fryers Forest Research and Development qui permettra de bâtir l’éco-village Fryers’ Forest sur 120 hectares de terrain, à proximité de Castlemaine, dans l’État australien de Victoria.

L’une des approches de travail de Holmgren est l’utilisation de plantes naturalisées, à des fins alimentaires et pour l’utilisation de fibres, ainsi que dans la restauration écologique et « l’éco-synthèse ». Sa position écologique est sujette à controverses dans les contextes politique et environnemental australiens. Cet intérêt pour les éco-systèmes recombinants lui a été en partie inspiré par de nombreux voyages en Nouvelle-Zélande et par le travail de Hakai Tane, un écologiste néo-zélandais.

En 1997, son article « Mauvaise herbe ou nature sauvage » est publié dans le Journal International de la Permaculture (Permaculture International Journal).

Le refus d’Holmgren de s’aligner sur la politique officielle envers les espèces introduites ou envahissantes a mené à beaucoup de polémiques au sujet de la permaculture, au sein des débats environnementaux locaux. Son observation assidue, durant 25 ans, des saules dans un couloir végétal du Victoria, à Hepburn Springs, et son analyse sur leurs bénéfices sur la sédimentation et la capture de minéraux est aujourd’hui déconsidérée par le courant environnemental officiel. Son article sur le sujet offre pourtant un point de vue alternatif, retracant l’histoire des courants ayant influencé le point de vue positif sur les espèces naturalisées, et relie ces points de vue à ceux du courant éco-scientifique récent appelé « nouveaux écosystèmes ».

2 – Citations de David Holmgren

Photo : Blogspot.com

Les citations suivantes ont été recueillies dans le livre de David Holmgren, « Permaculture : Principes et pistes d’action pour un mode de vie soutenable »

« J’ai indiqué que je ne voulais ni définir, ni contrôler la permaculture. Pourtant une définition me permettra d’en clarifier le sujet »

« L’individu, son habitat, et son mode d’organisation, sont au centre de la permaculture »

« Pour être considérée comme soutenable, une société humaine doit se reproduire de génération en génération en satisfaisant ces besoins matériels sans provoquer d’effondrement catastrophique à long terme. »

« Dans la mesure où la permaculture constitue une réponse efficace à la baisse de l’énergie et des ressources naturelles, elle abandonnera son actuel statut de -réponse alternative à la crise environnementale-, pour intégrer les grands courants sociaux et économiques de l’ère postindustrielle. Que l’on continue ou non à l’appeler -permaculture- est secondaire. »

« L’aspect subculturel, ou contre-culturel de la permaculture facilite l’expérimentation de style de vie innovants dictés par les impératifs écologiques. »

« Le mouvement permaculturel et la compréhension dans les grandes lignes de la permaculture par le grand public montrent que des idées complexes, abstraites, et révolutionnaires, portées par les initiatives de tout un chacun, peuvent avoir de l’influence. »

Concept de la « Fleur permaculturelle » d’après David Holmgren
Image : Permathèque.fr

3 – Oeuvres littéraires

David Holmgren est surtout connu en tant que co-auteur, avec Bill Mollison, des ouvrages « Permaculture 1 » et « Permaculture 2 ». Ces 2 livres sont des références de bases dans le domaine de la permaculture.

L’essayiste a néanmoins publiés plusieurs articles, et bouquins, notamment ;

  • 1985 Permaculture in the Bush. Hepburn, Victoria: Holmgren Design Services.
  • 1994 Trees on the Treeless Plains: Revegetation Manual for Volcanic Landscapes of Central Victoria. Hepburn, Victoria: Holmgren Design Services.
  • 1995 ‘The Permaculture Movement and Education’ in Goldfields Permaculture and Landcarers.
  • 1996 Melliodora (Hepburn Permaculture Gardens): Ten Years of Sustainable Living. Hepburn, Victoria: Holmgren Design
Melliodora (Hepburn permaculture gardens)
Photo : Permacultureprinciples.com
Permaculture : Principles and Pathways Beyond Sustainability
Photo : Holmgren.com.au
Future Scenarios
Photo : Worldofbooks.com
Permaculture Pioneers : Stories from the New Frontier
Photo : Permacultureprinciples.com

Ouvrages traduits en Français

  • L’essence de la permaculture, un résumé de Permaculture : principles & pathways beyond sustainability est le livre le plus traduit de tous les travaux de Holmgren, et est en téléchargement libre sur son site web (http://holmgren.com.au ).
  • Permaculture : principes et pistes d’action vers un mode de vie soutenable est disponible en version française aux éditions Rue de l’échiquier (août 2014).
Permaculture : Principes et pistes d’action vers un mode de vie Soutenable
Photo : Librairie-permaculturelle.fr

Alors que « Permaculture One »a été publié par un éditeur public (Corgi), la majorité des travaux d’Holmgren sont auto-publiés, ce qui a permis la diffusion auprès du grand public de cas d’études divers (Permaculture in bush, Trees on the treeless planes, et Melliodora), d’essais variés (Future Scenarios), et autres ouvrages de référence. Cette approche consistant à utiliser ses propres ressources reflète les principes permacoles qui encouragent l’expérimentation et l’auto-accomplissement.

Ben. MASON

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :