LE POULAILLER

Des œufs frais à domicile

La pratique du poulailler familial commence à séduire de plus en plus de monde mais il faut savoir que cela ne s’improvise pas. il faudra suivre un certain nombre de règles afin que votre installation soit parfaite pour accueillir poules, coqs et poussins. Qui n’aurait pas envie d’avoir chaque matin de bons œufs frais dont on est sûr de la provenance ? Être réveillé de façon plus naturelle grâce au chant du coq ? Voici les conseils de base pour bien démarrer.

Poulailler du jardin pédagogique de La Londe-les-Maures(83)
Photo : autonomie Jardin

1 – Évaluer vos possibilités

Avant d’élever des poules, il est important de bien penser à votre capacité à leur apporter tout le nécessaire dont elles ont besoin. Un achat non réfléchi mènera souvent à l’abandon de ces animaux.

Un animal n’étant pas un objet, l’adoption est donc un acte qui doit être responsable. Une poule peut vivre de 10 à 15 ans, donc il conviendra de vous engager sur du long terme. Grégaires, ces animaux ne supporteront pas la solitude, il vous faudra donc en assumer plusieurs.

Tout un chacun ne peut installer comme bon lui semble un poulailler dans son jardin. Il faut préalablement se renseigner sur la législation en vigueur au niveau municipal. Des normes de construction sont imposées, surtout en zone urbaine et il faudra scrupuleusement les respecter.

Avant de profiter des avantages d’un poulailler familial, il est essentiel de connaître les réglementations concernant cette installation. En premier lieu, il faudra se rendre en mairie pour s’informer des règles régissant les poulaillers. À noter que l’aménagement d’un poulailler dans un logement est régi par :

  • le Plan local d’urbanisme ;
  • le code rural et de la pêche maritime ;
  • le Code civil ;
  • le code de la santé publique ;
  • et le règlement sanitaire.
Deux pondeuses, un minimum pour une famille de 4 personnes
Photo : Autonomie Jardin

2 – Trois règles à respecter

La réglementation impose 3 règles en fonction des dimensions pour les poulaillers :

  • Pour un poulailler d’une surface de moins de 5 m², la déclaration auprès de la mairie n’est pas utile. (Suffisant pour 5 poules)
  • Si la surface est comprise entre 5 et 20 m², il est nécessaire de déclarer le poulailler auprès de la mairie.
  • Si la surface est supérieure à 20 m², une demande de permis de construire doit être effectuée.

Pour précision, il s’agit là des dimensions du poulailler(abri), la taille de l’enclos n’est pas soumise à réglementation particulière.

3 – Les avantages d’avoir son propre poulailler

Il y a bien des avantages à avoir un poulailler au jardin. Voici les meilleures raisons pour inviter la basse-cour chez soi.

  • des œufs frais chaque jour

C’est un idéal que d’élever ses propres pondeuses afin de profiter d’œufs frais quotidiennement. En plus de la qualité garantie des œufs, élever vos poules sera source d’économies considérables.

  • Élimination des déchets alimentaires

Nourrir les poules est un excellent moyen de réduire ses déchets organiques et alimentaires. Ainsi, il suffirait de 2 poules pour absorber près de 150 kg de déchets alimentaires sur un an. Entretenir un poulailler vous permettra ainsi de réduire considérablement vos déchets car les gallinacées mangent les mêmes aliments que les hommes.

  • Lutte contre les nuisibles

Les poules ont un rôle essentiel dans la chaîne alimentaire puisqu’elles mangent les limaces et les insectes nuisibles. On peut les lâcher occasionnellement dans le potager, ou au jardin, mais il faudra bien encadrer ce type de sortie chasse. Les poules peuvent saccager votre jardin en peu de temps, prudence donc. On peut aussi cultiver les pommes de terre, dont le feuillage n’intéresse pas les poules, dans leur enclos. Culture bio garantie sans doryphore.

  • une source d’engrais Naturel

En plus d’être une solution zéro déchet, les poules produiront des grandes quantités de déjections, que vous pourrez utiliser comme fertilisant naturel, bénéfique pour le jardin comme au potager. L’utilisation de pareils fertilisants récupérés, contribuent à la sauvegarde du sol, et de l’environnement.

Les poules ont besoin d’un bon espace extérieur pour s’épanouir, et pondre correctement
Photo : Autonomie Jardin

4 – Aménager le poulailler ?

Après avoir choisi le type de poulailler à installer dans votre jardin, vous pouvez désormais l’équiper avec des accessoires indispensables au bien-être des poules.

Placez le poulailler dans un environnement sec, à l’abri du vent et du soleil. En effet, les poules ont besoin de bénéficier d’un espace ombragé afin de pouvoir se protéger en cas de fortes chaleurs.

La construction d’un poulailler par une personne habile en bricolage peut être envisagée mais il faut savoir qu’un certain nombre de points doivent être respectés tel que la présence d’ouvertures pour faciliter les déplacements mais aussi des perchoirs, des nids pour qu’elle puissent pondre…

Il est souvent plus simple, mais plus coûteux, de choisir un modèle en kit réalisé par un professionnel afin de s’assurer que les poules bénéficient de toutes les installations dont elles ont besoin.

Le choix de l’emplacement sera très délicat car les poules doivent bénéficier d’un peu de soleil et de vent mais sans excès. Il faudra donc trouver un endroit qui soit partiellement abrité pour proposer des conditions optimales.

D’autre part, il est impératif de bien fixer votre poulailler au sol pour éviter qu’il ne se couche au premier coup de vent.

Installez une grille autour du poulailler afin de protéger vos poules des prédateurs durant la nuit, ainsi qu’une clôture qui délimitera la partie de votre terrain qui leur est dévolue. Une hauteur de 2 mètres est à prévoir afin d’éviter tout risque de fugue. Pour éviter tout désagrément, vous pouvez installer un grillage en surplomb, qui fermera complètement l’enclos car certaines poules sont capables de voler au-dessus d’une hauteur importante. Avant d’acheter vos poules, renseignez-vous sur les caractéristiques de chaque espèce afin de pouvoir choisir les plus adaptées à votre projet de poulailler personnel.

Le poulailler, ici surélevé, permet une bonne ventilation, et offre une zone ombragée pour l’été
Photo : Autonomie Jardin

À l’intérieur du poulailler, installez une mangeoire, un abreuvoir, des perchoirs, et des pondoirs. Enfin, disposez de la paille ou des copeaux de bois afin de finaliser la confortable litière de vos poulettes.

5 – Combien de poules adopter ?

Tout dépendra de l’espace que vous pourrez leur concéder. En effet, les poules ne doivent pas rester cloîtrées dans leur poulailler. La journée, il faudrales laisser déambuler à leur guise afin qu’elles puissent prendre l’air et se dépenser.

Les poules ont 2 grandes occupations : picorer dans l’herbe et gratter le sol avec leurs pattes. Plus vous aurez de poules dans un espace réduit, plus votre terrain sera abîmé par vos poules. N’installez donc surtout pas de poulailler sur un balcon, ce n’est pas un lieu adapté pour des animaux de ferme.

Il faudra au moins deux poules, car les poules ne supportent pas la solitude. 2 poules suffiront pour fournir en œufs une famille de 4 personnes. Si vous souhaitez avoir des poussins, vous pouvez également recueillir un coq. Dans ce cas, prévoyez un harem d’ au moins 5 poules, afin que le coq ne les épuise pas constamment. En revanche, si vous souhaitez accueillir des poules uniquement pour leurs œufs, ne prenez surtout pas de coq .

6 – L’œuf ou la poule ?

Faut-il commencer par des poussins ou des poules ?

Pour débuter, mieux vaut démarrer son poulailler avec des poules déjà âgées de plus de 6 semaines. En effet, les poussins demanderont une attention particulière et sont donc plus contraignants à entretenir que des poules adultes.

Il est à noter qu’une poule pond à partir de l’âge de 5 mois. Une poule seule pondra environ200 œufs par an. Le printemps et l’été sont des périodes plus propices à la ponte. En automne et en hiver, le nombre d’œufs diminue. Il faut aussi savoir qu’une poule pond nettement moins à partir de ses 3 ans et ne pond plus du tout à partir de 8 ans.

Photo : Autonomie Jardin

7 – Quelle alimentation ?

C’est bien connu, les poules mangent de tout. Mais plus leur nourriture sera de qualité, plus elles pondront régulièrement des œufs. L’aliment principal que vous devez leur fournir est des céréales sous forme de graines ou granulés. L’accès à la terre du jardin est indispensable car les poules y ingèreront en picorant, sable et gravillons, qui leur permettront de faire des œufs à la coquille solide. Les épluchures de légumes et de fruits sont également appréciées par ces petites volailles. Pensez à vos déchets de cuisine, poules ou compost, cela doit devenir un réflexe.

Une tentative d’intrusion de Maître renard, qui par l’odeur alléché, reviendra patiemment chaque nuit, jusqu’à ce que tunnel soit, malgré la présence de 2 grillages
Photo : Autonomie Jardin

Si vous avez l’esprit malveillant, vous pouvez distribuer limaces et escargots ramassées au potager. Du vrai caviar pour les gallinacées.

Cependant, pour maintenir vos poules en bonne santé, ne leur donnez pas tous vos restes de cuisine. De plus, les prédateurs (chat, renard…) seront bien plus attirés s’ils sentent la présence d’une délicieuse nourriture. Afin d’éloigner ces potentiels dangers, nettoyez régulièrement votre poulailler (au moins une fois par mois, 2 à 3 fois dans l’idéal).

Ben. MASON

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

9 commentaires

  1. Bel article, belles poules ! Ca donne envie ! Je suis en train de monter le mien ainsi qu’un enclos autour du poulailler + un enclos attenant ou elle pourront brouter l’herbe et manger des insectes et autres .J’ai hâte que tout soit terminé pour manger de bons oeufs frais. Bonne soirée

    Aimé par 2 personnes

  2. Bel article sur ces belles poules et leur demeure. Très complet aussi pour ceux qui veulent se lancer dans l’installation d’un poulailler. Pour ma part j’aime beaucoup les œufs , mais sur un balcon… !!!!
    Salutation à ce potager pédagogique de La Londe les Maures

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Ben,

    Merci pour cet article intéressant ! Je signale également (mais je suppose que vous le saviez déjà) qu’il existe des poulaillers qui ont des portes munies de senseurs lumineux/solaires qui ferment automatiquement les portes des poulaillers lorsque la lumière décroît afin d’éviter les visites de prédateurs…. pratique en cas d’absence !

    Salutations depuis Genève (et de votre soeur également) 🙂

    Alexandra – qui n’a pas obtenu son petit bout de jardin encore cette année… 😦

    —– Message d’origine —– De: AUTONOMIE JARDIN

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Alexandra, merci pour votre suivi, et votre lecture.
      Je suis ravi que cet article vous ai plu, en effet si l’on dispose de quelques moyens, il existe des systèmes très performant, qui ouvrent et ferment les portes du poulailler en fonction du soleil(levé et couché), ainsi que des détecteurs de mouvement infrarouges qui déclenchent des spots lorsqu’un prédateur s’approche. Ces options existent et sont pratiques, mais ne remplace pas la présence humaine, indispensable pour s’assurer que tout se passe bien.
      Bien désolé que vous n’ayez pas pu obtenir votre parcelle cette année. Ne désespérez pas cependant, sûrement que certains propriétaires en campagne genevoise, ou France voisine, seraient heureux de pouvoir vous louer un petit espace. Je vous souhaites de trouver votre bout de terrain rapidement.
      Bien amicalement
      Benjamin

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :