Un légume hyper graphique;

« Le romanesco »

Ce magnifique chou-fleur, délicieux, esthétique, et à la conception très arithmétique, est devenu en une vingtaine d’années, un légume quasi incontournable au potager. Original par son aspect, et particulièrement savoureux, le romanesco est en plus de culture facile. La patience sera cependant nécessaire car son développement prend plusieurs mois.

Inflorescences du chou romanesco
Photo : Autonomie Jardin

1 – Description botanique

Le chou romanesco ressemble au brocoli par sa couleur vert pomme et au chou-fleur par sa forme compacte, mais est constitué d’un ensemble de « fleurettes » pyramidales disposées en couronnes spiralées. Sa forme géométrique (dite fractale) est très particulière et décorative.

Une coupe longitudinale effectuée dans un chou romanesco a la même structure que celle effectuée dans un chou-fleur ou un brocoli (inflorescence en grappe composée de grappes secondaires et tertiaires). Les fleurs restent méristématiques comme chez le chou-fleur (var. Bothrytis) et ne se développent pas au moins lors de sa commercialisation comme chez le Brocoli (var. italica).

La coupe longitudinale d’un chou romanesco montre l’arborescence des différents niveaux de l’inflorescence.
Photo : Wikipedia.org

La disposition des bourgeons floraux est en spirales régulières, et illustre bien les lois de la phyllotaxie.

Les feuilles sont épaisses charnues, d’un vert franc, qui tournent souvent au violet-pourpre avec la baisse des températures en fin de saison. Les nervures sont bien marquées, leur couleur va du blanc à une teinte violacée.

Le saviez-vous ?

Un examen attentif montre que le nombre de spirales orientées dans le sens des aiguilles d’une montre et le nombre de spirales orientées en sens inverse sont deux nombres de la suite de Fibonacci.

De plus sa géométrie autosimilaire fait qu’il est souvent cité comme un exemple de fractale naturelle, au même titre que la pomme de pin.

2 – Présentation brève de la variété

Le chou romanesco est une variété de chou-fleur originaire de Rome en Italie. Il en existe de nos jours différents cultivars, de forme semblable, mais qui diffèrent par la taille et la saveur.

Bien qu’il s’agisse d’une variété ancienne, son introduction en France est relativement récente, il y est cultivé en grand nombre depuis les années 1990, surtout en Bretagne (régions de Saint-Pol-de-Léon et de Paimpol). Sa commercialisation s’y est répandue à partir de 1993 sur le marché du frais, puis par l’intermédiaire de la surgélation. Son importance économique reste toutefois peu importante.

3 – Culture et entretien

Le chou romanesco se cultive au soleil, bien qu’en climat chaud, il préférera la mi ombre en été. On le plantera dans un sol riche en matière organique, frais, bien drainé et profond. Le semis se réalisera de mars à juin en pépinière. Recouvrez les graines de 2 cm de terreau avant d’arroser. Repiquez les plants 5 à 6 semaines plus tard, lorsque quelques feuilles se seront développées. Les semis directement en place sont possibles dès mai, et jusqu’en juillet. Ces semis plus tardifs vous donneront des récoltes en hiver.

La culture du chou romanesco est longue, il se passera environ 7 mois entre vos semis, et le jour de la récolte. Patience s’impose donc.

Un chou romanesco occupe un espace au sol d’environ 50 cm2
Photo : Autonomie Jardin

La plantation s’effectue au printemps, après les dernières gelées. On pourra anticiper de plusieurs semaines à la faveur d’une serre. Les plants se disposent à 60 cm d’intervalle, certains jardiniers disent 70, je trouve ça un peu excessif, puisque techniquement, même 50 cm pourraient suffire.

Idéalement, vous prendrez soins d’étaler vos semis sur quelques semaines afin d’obtenir des récoltes échelonnées de septembre à décembre.

Le romanesco demande peu d’entretien, on s ‘assurera simplement que le sol reste frais et humide en été. Attention le sol doit être drainant, dans le cas contraire, vous espacerez davantage les arrosages. De même, la fréquence des apports en eau doit diminuer en hiver, la pluie, et les températures plus fraîches suffiront en général à vos choux. Un bon paillage aidera à maintenir une humidité bénéfique à vos choux.

Méfiance avec les parasites habituels du chou( pyrales, mouches, et punaises du chou).

Vous récolterez lorsque les cônes seront bien développés et charnus, soit 3 à 4 mois après la plantation en terre.

Le chou romanesco appréciera une association de culture avec les blettes, les fèves, les épinards, les laitues, les pommes de terre, les betteraves, ou le haricot; avec certains de ces légumes on peut réaliser facilement des quinconces. Par contre, éloignez le romanesco de tous les autres choux avec qui il sera en concurrence pour les nutriments du sol.

Le romanesco, fleurs et feuilles, une œuvre d’art de la nature
Photo : Autonomie Jardin

Ben. MASON

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :