PRODUISEZ VOS PROPRES FRAMBOISES

Le framboisier offre des fruits dont le goût sucré et frais est un vrai régal. Il n’est pas compliqué d’en profiter, car c’est une plante facile à cultiver. 2 types de framboisiers existent: les remontants et les non-remontants. Il faudra choisir selon la période de fructification désirée. La difficulté de culture du framboisier est de lui donner une jolie forme de haie fruitière. Attention, ses délicieuses baies nous font vite oublier que cette plante drageonnante est très envahissante. On tolérera cette invasion pour la satisfaction de déguster de belles framboises, parfumées, issues de votre propre production ! Je vous guide pas à pas pour apprendre à cultiver votre framboisier et à récolter vos propres framboises.

Photo: Lubera.com

1 – Description botanique

Les framboisiers (Rubus Idaeus) sont des plantes vivaces de la famille des ronces, ils sont donc en somme des ronces cultivées. Par conséquent, on peut estimer que la mûre est une framboise sauvage. L’aspect de ces deux plantes est d’ailleurs très similaire.

C’est un arbuste fruitier drageonnant très rustique, vigoureux et touffu, pouvant atteindre 1,50 m de haut. Les tiges des framboisiers, légèrement épineuses sont qualifiées de cannes. Les fleurs groupées en panicules terminales sont verdâtres à blanches et autofertiles. Les fruits sont généralement rouges, plus ou moins sombres, mais il existe des variétés à fruits jaunes, ou encore violacés, rappelant davantage la mûre.

Gravure botanique du framboisier
Image: Pinterest.fr

Rustique et peu exigeant, le framboisier s’accommode de tout type de terre, avec une préférence pour les sols légers et riches en humus.

Le feuillage de la ronce(photo) est très similaire à celui du framboisier
Photo : Autonomie Jardin

2 – Souches remontantes, et non-remontantes

On distingue deux types de framboisiers : le framboisier non remontant, qui fructifie sur les pousses de l’année précédente en juin-juillet, et le framboisier remontant, qui produit une première fois sur les pousses de l’année d’août à octobre et une deuxième fois sur les mêmes cannes l’année suivante en juin-juillet. Les cannes se dessèchent après la fructification.

Dans les variétés de framboises, il existe certes des 100% remontants et des 100% non-remontants.
Mais environ la moitié des variétés, surtout quand elles dégénèrent, (type framboisier spontané du fond de jardin), se situera entre les deux. Ce sont des framboisiers qui produisent en juin-juillet sur les tiges de l’année précédente à partir de bourgeons qui ne se sont pas ouvert l’année précédente, et sur les tiges de l’année de septembre jusqu’à novembre si les températures le permettent.

Jeune drageon de framboisier
Photo : Autonomie Jardin

3 – Plantation, entretien et culture

Plantation :

Qu’il soit à racines nues ou en pot/conteneur, il est préférable de planter le framboisier à l’automne pour favoriser l’enracinement, la reprise et donc la fructification l’année suivante.

Mais vous pourrez également planter votre framboisier jusqu’au printemps, en évitant les périodes de gel.

  • Le framboisier a besoin de soleil pour donner des framboises, on peut toutefois le placer à mi ombre dans les régions chaudes du sud
  • Il aime les sols plutôt riches, un apport de compost ou amendement est recommandé lors de la plantation
  • Prévoyez une distance de 80 cm environ entre chaque plant
  • N’enterrez pas trop le pied
  • Arrosez généreusement après la plantation(environ 10L) et ensuite régulièrement durant la 1ère année.
  • Terminez par une taille des rameaux à environ 20 cm de longueur.

Entretien et soins :

Le framboisier une fois bien établi dans son lieu d’implantation, ne demande que peu d’entretien. On veillera cependant à supprimer régulièrement les drageons en surnombre. Vous pouvez profiter de cette occasion pour le replanter ailleurs au jardin.

Un bon paillage permettra de maintenir le sol humide et frais vous libérant des corvées d’arrosage. De plus, allié à un compostage en surface régulier, un paillage diversifié dans sa composition, et adapté à votre type de sol, vous affranchira de tout apport d’engrais, tout en limitant vos interventions de désherbage.

Un bon paillage fera le plus grand bien à vos framboisiers
Photo : Autonomie Jardin

4 – Taille et multiplication du framboisier

Taille et palissage :

L’année suivant la plantation, laissez pousser naturellement votre framboisier. Les rameaux meurent généralement la première année, remplacés par de nouvelles pousses émises en cours d’été par les racines. La taille du framboisier est indispensable et doit être effectuée chaque année, elle varie en fonction du type de fructification.

Pour les variétés non remontantes, la taille s’effectue soit en automne, soit au printemps. La taille consiste à couper au ras du sol les branches mortes ayant fructifié pendant l’été, ainsi que les rejets trop faibles ; on cherchera à conserver 6 à 10 cannes vigoureuses, capables de produire de nombreux fruits.

Pour les variétés remontantes, intervenir en hiver, hors périodes de gel : couper au ras du sol les cannes desséchées ayant fructifié en début d’été, ainsi que les rejets trop faibles, et supprimer l’extrémité sèche des cannes ayant produit en fin d’été. Ces dernières porteront des framboises sur la longueur des branches au début d’été suivant. Afin de préserver la fertilité de votre sol et induire une bonne fructification, un apport de fumure organique ou de compost en automne peut être effectués chaque année.

La culture du framboisier peut vite devenir encombrante si on le laisse pousser sans le contenir.

On procède alors à ce que l’on appelle un palissage, permettant de contrôler la croissance, la taille et d’avoir de meilleurs rendements.Avant tout, sélectionnez les pousses bien formées

Sur les jeunes plants mis en place en automne ou sur des framboisiers qui n’ont pas pu être taillés l’été dernier, sélectionner entre 6 à 8 pousses saines et bien formées. Avec une bêche ou une binette, supprimer les autres rejets ainsi que les drageons. Voici enfin quelques méthodes de palissage fréquemment employées ;

Palissage en éventail

  • Avant la plantation, posez ou fixez des piquets en bois ou en fer, à chaque extrémité de la rangée, et tendez des fils de fer à 40, 80 et 120 cm du sol.
  • Mettez en place les framboisiers tous les 1 à 1,50 m.
  • Attachez les tiges en éventail en séparant celles qui fructifient des plus jeunes : la récolte et la taille des framboisiers seront plus faciles.

À utiliser contre un mur ou en bordure d’allée.

Palissage à la hollandaise

  • Placez deux rangées de tuteurs face à face à 1 m de distance et tendez des fils de fer à 50 cm de hauteur sur les deux longueurs.
  • Installez les framboisiers au milieu, tous les 1 à 1,50 m.
  • Arquez et attachez les tiges qui produisent de chaque côté, laisser pousser librement les autres. Cette méthode présente l’avantage de bien aérer le centre de la touffe. L’accès doit être possible des deux côtés, l’encombrement est donc important. 

Palissage en touffe libre

  • Installez les plants tous les 1,20 m.
  • À la périphérie, enterrez quatre solides piquets ou poteaux à 40 cm : ils doivent dépasser du sol d’au moins 1,50 m.
  • Reliez-les par une ficelle à 3 niveaux.
  • Aidez les cannes à pousser à l’intérieur.

Récolter les framboises ne sera pas très facile car les jeunes tiges et celles qui fructifient sont mélangées. Le tuteurage en revanche est simple

Palissage sur échalas

  • Si les pieds de framboisiers n’ont que 4 ou 5 rameaux, plantez un piquet de 1,20 m de hauteur entre chaque touffe.
  • Attachez-y les tiges, en les répartissant de part et d’autre.

La culture sur échalas vous permettra de passer aisément entre les touffes et vous facilitera la récolte.

Multiplication :

Le framboisier, bien qu’il puisse être semé, ou se ressemer spontanément, se multiplie en général par prélèvement des drageons, qui seront ensuite repiqués.

Le bouturage de jeunes segments semi-ligneux est également possible à l’automne, et au printemps jusqu’en début d’été. Le marcottage de cette « ronce cultivée » est en outre très simple à réaliser.

5 – Associations possibles en haie comestible

En haie fruitière comestible, on pourra sans difficulté associer les framboisiers à d’autres fruitiers à baies tels que cassis, groseilliers, myrtilliers, baies de mai, ou encore grenadiers, goji, et eleagnus umbellata.

Pour le plaisir des yeux, et des saveurs, n’hésitez pas à mélanger les variétés de framboisiers, remontants ou non, à fruits rouges ou dorés, vous échelonnerez ainsi mieux les récolte sur une plus large période.

Lancez vous dans l’édification d’une haie comestible en associant différents types de framboisiers avec d’autres arbustes à baie
Photo : Laruchequiditoui.fr

Voici pour finir les variétés de framboisiers intéressantes :

> Framboisiers non-remontants :

« Malling Promise » : excellent fruit de table mais supporte mal le transport. Il est vigoureux et réussit plus facilement sur les sols non calcaires.

  • « Malling Exploit » : gros fruits rouges, pousse partout sauf par climat trop sec.
  • « Golden Queen » : variété ancienne, sensible au botrytis (champignon nuisible), produit des fruits blancs en juillet.
  • « Amber » : fruits jaune d’or clair (les oiseaux ne les apprécient pas, ils sont plus attirés par la couleur rouge). Plante assez peu épineuse.
  • « Meco » : variété créée par l’INRA, qui produit durant 5 semaines. 

> Framboisiers remontants :

  • « Zeva » : peu épineux, gros fruits fermes et savoureux, remonte vite en sol riche. Nul besoin de le palisser.
  • « September » : saveur acidulée, donne une deuxième récolte quasi aussi importante que la première. Il se satisfait de tous les sols, même lourds.
  • « Autumn Bliss » : gros fruits précoces.
  • « Héritage » : fruits fermes et sucrés, résistent bien à la congélation, remontent vigoureusement en septembre.
  • « Jaune » et « fall gold » : fruits dorés doux et sucrés, résiste bien aux maladies.
Framboise « Fallgold »
Photo: Plantes-et-jardins.com

>Variétés anciennes de framboisiers :

  • « Bois blanc » : une variété de Haute-Savoie, très aromatique, et remontante.
  • « Lloyd George » : produit surtout en début de saison, parfois classée dans les remontants, parfois dans les non-remontants.

Il existe aussi des hybrides de framboises et de mûres qui offrent la fermeté de la mûre et le parfum de la framboise : « Loganberry », « Tayberry » et « Boysenberry » qui donnera de grosses mûres aussi juteuses que des framboises.

Ben. MASON

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

6 commentaires

  1. Merci pour ce bel article ! Cela me donne des clefs pour aider mes framboisiers à fructifier un peu plus pour notre plus grand plaisir. Bonne continuation à vous.

    Aimé par 1 personne

  2. beaucoup d’intérêt à cet article qui fait surtout découvrir toutes les variétés de framboisiers qui existent dans la nature.
    on se régale d’avance ! merci

    Aimé par 1 personne

  3. Trop bien l article doc 😁
    En plus on peut la cuisiner de mille façons. Et meme faire un pti rhum arrangé pour les fans.
    Continue de nous instruire sur notre belle nature !
    Big up a toi !

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :