Les plantes en confinement

(Article co-écrit avec Couleur Verte)

En cette période de confinement où le temps peut parfois sembler long, très long, l’auteure du blog Couleur Verte 123, m’a aimablement proposé de réaliser un atelier, et un article commun sur le thème des terrariums décoratifs. C’est avec joie et intérêt que nous avons conjointement réalisé un terrarium chacun, avant d’écrire ensemble ce bel article. Couleur verte vous expose ici à merveille les principes fondamentaux du terrarium, ses intérêts, idées et conseils de décoration. Quant à moi, j’ ai apporté les précisions techniques qui vous permettront je l’espère de réaliser de magnifiques paysages miniatures.

1 – Intérêt et principe du terrarium à plante

Qu’est-ce qu’un terrarium à plante ?

Tout d’abord, le terrarium à plante est un récipient en verre comprenant soit une plante, soit plusieurs plantes. Pourquoi ne pas y créer un écosystème miniature ?

Il est principalement utilisé comme décoration d’intérieur (par exemple dans la maison, au bureau, dans une véranda). Cela apporte une touche naturelle et esthétique à votre environnement. Grâce à celui-ci, vous aurez le plaisir de voir évoluer des plantes à partir de graines ou de boutures sans trop d’effort d’entretien. Il nécessite peu d’eau (vu l’espace restreint) et de peu de soleil. Le contenant en verre sera soit ouvert, soit fermé. Il peut se suspendre ou tout simplement être posé sur une table par exemple.

Le terrarium est un concept ancien et aurait été découvert par David Latimer. En 1960, il aurait arrosé et scellé un terrarium qui subsiste depuis plus de quarante ans.

Bien entendu, il est indispensable de choisir des plantes appropriées à ce type de culture.

Il existe des terrariums dits humides, c’est-à-dire pouvant être composés de plantes telles que des orchidées, des fougères, etc…

Au contraire, des terrariums dits « secs » qui resteront ouverts, peuvent contenir des plantes telles que des plantes grasses, des cactus, de l’Aloe, etc…

Vous trouverez quelques exemples de plantes dans le point 3 de cet article (détaillé par Ben.).

Photo: Couleur Verte

Afin de le décorer à votre goût, vous pouvez utiliser certains matériaux tels que des galets, des cailloux, des mini figurines, des petites pommes de pins, des coquillages, du gravier, des morceaux d’écorces, etc…

Le terrarium végétal égayera sans doute votre espace intérieur et permettra de mettre en valeur votre plante ou vos plantes.

Vous avez peut-être entendu parler du terrarium japonais (terme utilisé par certains) qui est particulier. En effet, il se réalise sans pot et est appelé par les japonais : « Kokedama ». Il serait apparu dans les années 90’.

Nous vous proposerons un DIY pour créer votre propre terrarium végétal chez vous. Ce serait une activité ludique à réaliser en compagnie de vos enfants. Nous espérons que vous savourerez d’un instant plaisant à sa réalisation et que vous nous donnerez un retour positif de vos créations.

2 – L’équipement, et les matériaux nécessaires

Nous vous invitons à fabriquer un simple terrarium sans trop de frais… Pour cela, voici le matériel suggéré :

Le matériel nécessaire
Photo : Autonomie Jardin

– Un contenant en verre avec une hauteur adéquate pour contenir le(s) plante(s), de préférence pas trop petit.

Il est mieux d’en prendre un assez large pour pouvoir y manipuler la plante avec les mains facilement.

Exemple : un ancien aquarium, une grande bonbonnière, un vase, un bocal à provision, etc…

 Pour les deux terrariums, nous avons récupéré un ancien contenant à café soluble et un vieux vase.

– Des graines ou des plantes grasses…

 Nous avons utilisé des boutures de Sedum, Délosperma, de Pervenches, de l’arbre de Jade (et également, des graines de Basilic dans l’un des terrariums)

– Du sable et du terreau à mélanger ensemble (avec de préférence de petits morceaux de charbons de bois ou une couche de charbon actif permettant de purifier, étant donné qu’il est efficace contre l’évolution des bactéries)

– Des billes d’argile

– Des décorations

 Nous avons utilisé des pommes pins, des morceaux d’écorces, une figurine, des coquillages, des cailloux

– De l’eau dans un vaporisateur

– Une tige ou un crayon pour faire des trous dans la terre et tasser celle-ci

– Une grande cuillère

– Poudre d’hormone de bouturage (si vous bouturez directement dans le contenant)

3 – Les plantes utilisables

Pour que votre terrarium puisse durer longtemps, vous choisirez des plantes qui supporteront cette ambiance de confinement sous cloche. Évidemment, peu de végétaux apprécient ces conditions peu naturelles, mais certaines plantes pourront toutefois s’y faire, et y survivre quelques temps avec votre aide.

Deux types de plantes sont particulièrement adaptés pour ce conditionnement en bocal :

Dans l’idéal, on choisira des plantes qui par nature apprécient l’ombre, la chaleur relative d’un appartement, et une hygrométrie(taux d’humidité de l’air) assez conséquente. Choisissez des plantes de petit gabarit, ayant un développement racinaire et aérien limité. En définitive, il s’agit surtout de petites plantes des sous-bois tropicaux, tels que Fittonias, Hypoestes, et Cryptanthus, ce dernier de croissance lente, avec des petites fleurs discrètes en été. Les capillaires sont également bien adaptés à la culture en terrarium fermé. Orchidées miniatures, Pileas, Episcias, ou encore la fougère à feuilles rondes Pellaea rotundifolia sont également des plantes qui s’adapteront à votre mini serre tropicale. Bien d’autres petites plantes épiphytes comme les Tillandsias pourront également se plaire en suspension sur des supports ou éléments décoratifs de votre œuvre vivante.

La seconde option est de choisir des végétaux qui au contraire demanderont peu d’eau, et d’humidité(plantes grasses). Avec ce type de plantes, on exposera le terrarium en ambiance très lumineuse, et celui-ci devra être ouvert. Du moins, il devra être suffisamment et régulièrement ventilé pour ne pas que trop d’humidité ambiante s’accumule dans le contenant. Les petits Sedum, Ficoïdes, certains Crassulas, et plantes à caudex à petit développement sont bien adaptés au terrarium sec. D’autres petites succulentes, et cactus miniatures au développement très lent pourront parfaitement tenir de long mois, voire années si vous entretenez, rempotez, et réaménagez votre terrarium régulièrement avec soin. Les arrosages devront en outre être extrêmement réduits, et espacés dans le temps pour garantir la tenue à long terme de ces terrariums secs.

4 – La réalisation pas à pas

– Nettoyez votre contenant en verre à l’eau savonneuse et rincez-le à l’eau claire. Sa propreté est importante, il faut éviter toute contamination du terrarium par des bactéries pathogènes.

-Commencez par mettre une couche de bille d’argile, ou de gravier au fond du contenant. Les billes doivent simplement couvrir le fond du contenant sur quelques centimètres d’épaisseur. Rien ne sert d’en mettre trop.

couvrez le fond du contenant avec des billes d’argiles ou des graviers
Photo: Autonomie Jardin

-Disposez une couche de sable de rivière au fond de votre bocal. Si vous utilisez le sable de la plage, rincez-le bien plusieurs fois à l’eau claire pour en lessiver le sel.

Ajoutez le sable, celui-ci doit couvrir les billes d’argile

-Ajoutez les graviers et les petits cailloux sur la couche de sable. Cette couche minérale représente une épaisseur de 2 à 5 cm environ selon la profondeur de votre contenant.

-Si vous choisissez de mettre du charbon ou bicarbonate pour assainir l’environnement, et de la mousse, ajoutez-les.

-Dépotez les petites plantes, retirez délicatement la terre autour des racines. Récupérez-la pour l’ajouter au substrat préparé pour le terrarium. Couleur Verte et moi-même avons opté pour un bouturage direct dans le contenant, car les plantes sélectionnées s’enracinent rapidement et sans difficultés. J’ai pour ma part également choisi de tenter quelques Basilics par semis au centre du terrarium, ainsi qu’une bouture de lierre qui donne un aspect aérien intéressant.

Photo: Autonomie Jardin

-À présent, déposez le substrat (terreau et sable). Il sera au-dessus du lit minéral, mouillé, mais pas détrempé. Les différentes couches présentes dans votre terrarium représentent un peu moins de la moitié de la profondeur du contenant choisi. Le reste de l’espace doit être libre pour les plantes et l’air.

-Tassez légèrement et aplanissez la surface.

-Pensez et définissez l’organisation de votre espace, repérez les endroits où vous souhaitez intégrer les plantes avant de creuser des petits trous pour l’emplacement des plants, vous pouvez vous aider d’un crayon par exemple.

Placez différents éléments pour délimiter les emplacement ou vous souhaitez implanter les végétaux; Ici des graviers au centre délimitent l’endroit ou j’ai semé quelques graines de Basilic

-Ajoutez à présent votre touche de décoration : cailloux, écorces, bois flottés, petites figurines, et autres éléments qu’il vous sera difficile d’insérer après la plantation des végétaux.

Photo: Autonomie Jardin

-Disposez les plantes dans le contenant en verre en veillant à mettre les plus grandes au centre du terrarium, à l’arrière-plan des plus petites. Prévoyez suffisamment d’espace entre deux plants pour optimiser la circulation de l’air.

Les plantes peuvent être directement semées et bouturées dans le terrarium, ou l’on peut opter pour de petits plants déjà racinés

-Complétez délicatement de terre entre chaque plant. Possibilité de s’aider d’un cornet en papier.

-Grâce à une petite baguette en bois, tassez la terre. Vous pouvez ensuite compléter avec une fine couche de petits cailloux ou gravillons.

Photo: Autonomie Jardin

-À l’aide d’un pinceau, retirez le surplus de graviers ou terre sur la surface des plantes.

-Arrosez très modérément avec un petit verre à liqueur(pas avec l’eau de vie), ou à l’aide d’un petit vaporisateur . Le terreau doit simplement être humide, comme le serait une éponge essorée.

-Une fois, l’ensemble réalisé, de la condensation va apparaître sur le verre, laissez ventiler un peu le bocal jusqu’à ce qu’elle disparaisse. Puis, refermez votre terrarium.

Photo: Autonomie Jardin

5 – Le résultat final et l’entretien

L’entretien d’un terrarium est relativement simple.

Votre petite jungle en bocal ne vous demandera que très peu d’action.

Cependant, l’emplacement du terrarium dans votre maison ne doit pas être laissé au petit bonheur la chance. Voici les points clés à prendre en considération :

-Placez-le dans une pièce chauffée mais pas à proximité directe d’une source de chaleur(chauffage, climatisation, cheminée).

-Ne l’exposez pas directement au soleil , sauf terrarium sec, après une période d’adaptation progressive; sinon les plants pourraient être brûlés par les rayons du soleil, le verre ayant en plus un effet loupe.

– Tenez-le à une place mi-ombragée , où idéalement très lumineuse mais sans soleil direct.

-Vous ne devez l’arroser que lorsque le substrat est complètement sec, le reste du temps, il est fermé, sauf les terrariums secs que l’on laisse ouverts, ou que l’on ventile régulièrement.

-Soyez observateur, chaque terrarium est différent, le vôtre est unique, ses besoins en eau aussi.

Pour certains, vous ne les vaporiserez qu’une fois tous les mois, pour les terrariums secs vous adopterez un rythme d’arrosage encore moins fréquent.

-Lors de l’arrosage, optez pour un vaporisateur, en veillant à ne pas asperger le feuillage des plantes.

3 à 4 fois par an, afin d’éviter la prolifération de bactéries, pensez à :

-frotter les pierres sous l’eau pour enlever les traces de mousse,

-nettoyer les parois du bocal à l’aide d’un bout de tissu,

-retirer les tiges et feuilles mortes.

Taillez vos plantes si elles se développent un peu trop aisément, privant les autres de lumière et d’espace.

Voici nos terrariums terminés.

6 – L’évolution après 10 jours de confinement

Après les 10 premiers jours de confinement en bocal, nos petites plantes confinées se portent globalement très bien. Que ce soit l’oeuvre de Couleur Verte, ou la mienne, nous constatons une bonne évolution générale de nos terrariums respectifs :

Dans celui de Couleur Verte, la Pervenche semble commencer à prendre racine, puisqu’elle produit déjà de nouvelles feuilles. Le Délosperma se porte également bien, et a lui aussi probablement commencé à raciner. La mini bouturette d’arbre de Jade ne montre aucun signe de mal-être, malgré une humidité ambiante un peu haute, au vu d’une légère condensation sur les parois du bocal. Du fait de cette humidité un peu élevée, des racines aériennes apparaissent sur la tige du Sedum, qui visiblement s’adapte à cette situation.

Le terrarium de Tu Hong après 10 jours
Photo : Tu Hong TRAN

Même constat du côté de mon terrarium, bien que celui-ci, plus spacieux, et mieux ventilé, présente une hygrométrie moins élevée que celui de ma consœur. Cependant, le Sedum développe chez moi aussi de petites racines aériennes sur sa tige. Le Basilic semé au centre du terrarium a bien levé, mais comme je m’y attendais, il a tendance à filer, et à s’incliner en direction de la baie vitrée. J’essaierais donc de placer un couvercle translucide, et de l’approcher plus près de la fenêtre en fin de journée, afin qu’il puisse bénéficier d’une croissance plus équilibrée, et harmonieuse dans l’ensemble. Évidemment, je sais pertinemment que je ne garderais pas ce Basilic des mois dans mon mini jardin d’intérieur. Je tenterais cependant de l’y maintenir autant que possible en le taillant très régulièrement.

Terrarium de Ben après 10 jours

Seul petit bémol à déplorer, et à surveiller de près, une légère présence de botrytis, maladie fongique à développement rapide, qui commençait à prospérer sur la bouture de lierre que j’avais tentée. J’ai soigneusement ôté la bouture en question du bocal, en évitant de disperser les spores du champignon. Nous constatons l’un et l’autre ce même soucis fongique, de manière peu étendue sur les tiges de Sedum. Nos boutures ayant été prélevées en extérieur, les spores devaient sans doute déjà être présents, et se sont « activés » en ambiance chaude, et humide.

Ceci démontre bien que malgré le peu de soins nécessaires, le terrarium est un jardin en vase clos, tributaire de nos interventions, et doit à ce titre faire l’objet d’une attention particulière, et quotidienne. Il faut pouvoir intervenir de suite, dès l’apparition des problèmes.

Photo: Autonomie Jardin

Nous espérons que cet article vous sera utile et vous souhaitons une agréable journée.

Tu Hong TRAN & Ben. MASON

+ Lien intéressant à propos des terrariums :

Des terrariums de haut niveau, réalisé de main de maître par JADE DESIGN, une confection originale du contenant au contenu. De la « joyerie végétale » pour reprendre l’expression consacrée sur leur site internet : https://jade-design.fr/

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

9 commentaires

    1. Merci Christine, avec votre fibre artistique ce devrait être une formalité pour vous. J’espère que cet article vous aidera à réaliser votre œuvre. N’hésitez pas à me faire parvenir prochainement une photo de votre terrarium, ça me fera plaisir de découvrir votre création. Par ailleurs celle-ci vous inspirera peut-être pour une nouvelle toile.
      Je vous souhaite un excellent 1er mai
      Benjamin

      Aimé par 1 personne

  1. Bonjour Benjamin,
    Ce terrarium est une très bonne idée et nous allons le réaliser et suivre tes conseils après le confinement car il nous manque un récipient transparent..
    Merci pour cette manière de faire entrer un peu de nature à la maison.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :