Quelques règles de savoir-vivre en forêt

Forêt des Maures (83)
Photo : Autonomie Jardin

Suite à l’article « Triste vidéo en forêt », j’ai eu de nombreuses réactions qui m’ont donné à réfléchir sur la façon dont je pourrais aider à sensibiliser le public sur la question environnementale. Vous êtes nombreux à avoir exprimé votre indignation face à de telles incivilités, et beaucoup d’entre vous ont avancé quelques suggestions intéressantes. Une chose revient unanimement de tous vos commentaires, le respect de la nature passera par l’éducation et la sensibilisation des plus jeunes. Il n’est pas toujours évident, même si il existe du bon sens, de savoir quel comportement adopter dans un milieu naturel qui nous est devenu si peu familier, voire hostile pour certaines personnes citadines.

Cet article a donc pour but de vous rappeler les bonnes pratiques en espace naturel, afin d’aider la forêt à respirer, et nous exprimer toute sa beauté.

1 – La sérénité avant tout

La forêt est à mon sens un patrimoine commun, et nous avons la chance d’avoir accès à de nombreux espaces naturels. Cependant, il ne faut pas oublier qu’en forêt nous ne sommes pas aux parcs et jardins publiques. Les espaces naturels comme les forêts sont principalement entretenus par la nature elle même, ce qui est un processus long et fragile. Il est donc important d’adopter quelques bonnes pratiques pour limiter l’impact de notre passage. En commençant par cultiver la discrétion.

L’une des premières choses qui frappe lors d’une promenade en forêt, c’est la sérénité qui y règne habituellement. Cette sérénité est une chose fondamentale à respecter car elle fait partie de l’âme d’une forêt, elle est indispensable au bien-être de la faune qui s’y réfugie, et est extrêmement apaisante et ressourçante pour nous.

Respectez donc la tranquillité des animaux, et celle d’autrui ! Les espaces naturels ne sont pas des circuits de courses, ni des boites de nuit: Voitures, 4×4, motos cross, scooters et quads… sont autant de véhicules qui n’ont pas leur place en forêt. Ils sont en effet bruyants, donc stressant pour la faune, polluants, et destructeurs pour les écosystèmes. De plus, les plus lourds d’entre eux compactent sérieusement et durablement les sols.
En France, depuis une réglementation de 1991, la circulation des véhicules à moteur n’est autorisée que sur les voies ouvertes à la circulation publique  (routes nationales, départementales, communales et chemins ruraux). La pratique du « hors piste » est donc en théorie interdite.

Polluants, bruyants, et destructeurs, les engins motorisés tels que ce quad n’ont pas leur place en milieux naturels
Photo : Jtautomobiles.fr


Enfin, bien qu’il n’existe pas de réglementation en ce sens, il me paraît évident que le tapage ou la musique à fond constituent autant de pollutions sonores au moins aussi préjudiciables que ne le sont les moteurs.

2 – Fumeurs soyez très vigilants

D’une manière générale, je ne peux que déconseiller la cigarette en forêt. Surtout en période estivale, et à fortiori dans les régions sèches. Je rappelle en outre que le feu est interdit en forêt.

Cependant, fumeur moi même, j’ai bien conscience que l’on puisse avoir envie d’en allumer une au cours d’une balade. Voici les précautions à prendre si vraiment vous tenez à fumer.

Tout d’abord, faites attention au vent. Si celui-ci est violent, abstenez-vous. Si le vent est modéré, prenez en compte sa puissance et sa direction afin de vous tenir à distance suffisante de tout éléments secs qui pourraient s’enflammer facilement.

Tenez vous loin des herbes sèches, restez bien sur une zone terreuse. Si la forêt a été arrosée par la pluie récemment, et que la végétation est bien verte, le risque est moindre, mais restez toutefois toujours vigilants.

Assurez-vous de ne gêner personne. Des personnes sont fortement gênées par la fumée de cigarette et plus de 3 000 personnes par an en France (dits fumeurs passifs) en meurent.

Emportez avec vous un petit cendrier portatif, qui vous permettra de façon pratique d’éteindre votre tige sans mettre le feu, et débarrasser le mégot proprement. En l’absence de ce dispositif, éteignez votre mégot avec un peu d’eau, ou dans un crachat, mais assurez-vous que ce soit bien éteint.

Ne laissez jamais un mégot traîner dans la nature, c’est un déchet qui se désintègre très mal, et très lentement(minimum 5 ans). De plus, ils sont compliqués à ramasser lors des collectes car ils sont petits, et malheureusement très nombreux. Dans l’herbe, sur la plage, ou en forêt, … Pensez-y, car outre leur pollution visuelle, ils sont aussi souvent à l’origine des feux.

Que vous soyez fumeur ou pas, montrez vous très vigilant avec le feu qui en forêt peut vite prendre de grosses proportions
Photo : EPFL

3 – Avis au randonneurs et campeurs

Lorsque l’on marche en groupe, ou lorsque nous allons camper, nous produisons des nuisances environnementales. L’idéal est d’éviter les rassemblements humains en milieu naturel. Un groupe de randonneurs de moins de 10 personnes me semble raisonnable, rien ne sert de se déplacer en hordes. Plus nous sommes nombreux sur un site, plus les conséquences écologiques sont importantes. Il n’y a qu’a voir l’état d’une plage après l’été, c’est catastrophique. Il y a le problème des déchets bien sûrs, mais aussi des comportements inconscients qui peuvent se révéler très nuisibles pour la biodiversité d’un site naturel.

Privilégiez de petits groupes pour aller marcher en forêt, un groupe de moins de 10 personnes me paraît raisonnable
Photo : Jeunesnaturalistes.org

Le feu est la plus grosse menace en milieu forestier. Comme je l’ai déjà expliqué, la règle est simple, n’allumer pas de feu en forêt, c’est interdit.

Rien n’est sûrement plus agréable qu’une soirée auprès d’un feu, cependant, veillez bien à ne pas les allumer n’importe où. Choisissez un endroit bien dégagé, sans arbres ou buissons qui prendraient feu facilement. Assurez vous d’avoir de l’eau à proximité pour parer à toute éventualité. Vous devez être certains en quittant les lieux, que votre feu de camp est bien éteint.

Photo : Voyages.michelin.fr

Enfin, ne faites jamais de feu dans une forêt de résineux, ou dans une pinède, ces essences s’enflamment très rapidement.

Pensez à préserver les espèces sauvages. De nombreuses espèces animales et végétales sont à présent protégées. La pratique de la cueillette et les prélèvements nuisent considérablement à la régénération des écosystèmes, qui s’en retrouvent fragilisés. Certaines espèces et certains milieux peuvent alors complètement disparaître, il nous appartient donc d’être respectueux de ces écosystèmes en prélevant ni plantes, ni animaux, à fortiori si ils sont protégés. Si toutefois vous souhaiteriez faire un bouquet, veillez bien à ne pas arracher les racines pour les repousses suivantes, et ne cueillez pas d’espèces sensibles(renseignez-vous ici pour connaître les espèces protégées dans votre région).

N’interférez pas avec les petits des animaux que vous pourriez croiser, une fois imprégnés de votre odeur, pourraient être chassés de leurs groupes, les livrant à une mort quasi certaine.
Enfin, capturer et détenir un animal appartenant à une espèce protégée peut vous coûter jusqu’à 9 000 euros d’amende et 6 mois de prison.

Pour éviter de détruire la flore et de stresser inutilement les animaux, restez sur les chemins et sentiers balisés qui nous sont proposés. Ceux-ci sont régulièrement entretenus, notamment par l’ONF, pour notre sécurité et celle de l’environnement.

Restez bien sur les chemins et sentiers balisés, en marchant dans une zone comme celle-ci, vous détruisez un nombre incalculable de micro-organismes et insectes qui vivent sous les feuillages et la litière d’humus. Vous pourriez aussi écraser des plantes rares ou protégées
Photo : Afd.fr

Lors des promenades, ou des randonnées, il est nécessaire de s’hydrater. Il faut cependant éviter d’acheter des bouteilles d’eau, ou des canettes qui produiront une quantité importante de déchets. Privilégiez donc l’utilisation des gourdes et thermos.
Une personne qui consomme 1/2 litre de boisson en cannette par jour produit ainsi plus de 8 kg de déchets par an, plus de 6 kg tout de même, s’il opte pour des bouteilles en plastique. L’avantage de la gourde, elle permet de transporter nos boissons sans produire de déchets. En aluminium alimentaire ou en plastique, la contenance varie entre 500 à 750 ml, la gourde peut notamment être équipée d’un filtre permettant d’utiliser toutes eaux ou d’une enveloppe externe isotherme.

Qu’il s’agisse de forêts, ou d’autres espaces naturels, nous apprécions tous de traverser et de profiter d’un endroit préservé, sauvage, et donc agréable. Il nous suffit de veiller lors de chacun de nos passages à ne pas ajouter de déchets. Nos éventuels détritus seront conservés pour être mis à la poubelle plus tard. Mieux, nous pouvons tous contribuer à des espaces plus propres en emportant avec nous un sac poubelle à chaque sortie en zone naturelle. Cette stratégie intelligemment proposée par Danielle, du Blog « un jardin en forêt de Darney », permettrait à tout un chacun d’être impliqué dans la préservation de nos espaces naturels.

La propreté des espaces naturels dépend aussi de notre vigilance, nous ne devons pas hésiter à manifester notre réprobation si nous assistons à des incivilités en milieu naturel. Si nous ne nous sentons pas toujours le courage d’intervenir, il me semble au moins correct de signaler tout comportement suspect.

Les déchets plastiques finissent souvent leur course dans le lit des rivières et torrents, ils chemineront ainsi jusqu’aux océans
Photo : Autonomie Jardin
Si chacun s’équipait d’un sac poubelle lors de ses sorties en forêts, nous pourrions grandement améliorer les choses
Photo : Actu.fr

Sans pousser le vice jusqu’à la dénonciation du promeneur qui à jeté un papier par terre, j’estime que le fait de signaler des gens qui font des conneries en forêt, y mettent le feu, ou y commettent des délits, ne fait pas de nous des délateurs. Il s’agit simplement de ne pas laisser s’installer le problème.

4 – Avis aux pêcheurs et chasseurs

Je rappelle ici aux amateurs de chasse et de pêche quelques règles de bonne conduite, pour que vos activités restent convenables.

Afin de laisser le temps aux poissons de grandir et de se reproduire correctement, il est interdit de prendre des poissons trop petits. Selon la Fédération Nationale de la Pêche en France et de la Protection du Milieu Aquatique, cette taille est déterminée par l’âge de la première reproduction et la croissance du poisson. Par ailleurs, elle varie suivant les différents types de milieu (milieu pauvre = croissance lente = petite taille de capture ; milieu riche = croissance rapide = grande taille de capture). Vous trouverez des indications sur les tailles réglementaires pour la pêche sur les sites départementaux de la Fédération Nationale de la Pêche.

J’appelle donc les pêcheurs à se montrer très scrupuleux concernant la taille et la quantité des prises. Soyez responsables et raisonnables.

Photo : Lejournaldeleco.fr

Les adeptes de la chasse sont priés de ramasser leur douilles, et surtout redoubler de prudence le week-end, n’oubliez pas qu’il y a des enfants qui peuvent aussi s’aventurer en forêt.

Enfin, concernant la chasse et la pêche, il existe des périodes privilégiées pour la reproduction des animaux. Ces moments importants pour la survie des espèces sauvages ne doivent pas être impactés par nos pratiques, et nos loisirs. Il est donc essentiel que les chasseurs et les pêcheurs respectent les périodes d’ouvertures qui sont précisées sur le site de Fédération Nationale de la Pêche en France et de la Protection du Milieu Aquatique et sur le site de la Fédération Nationale des Chasseurs.

5 – La meilleure éducation réside dans l’exemplarité

Pour conclure cet article, je reviens sur le principe d’éducation, sur lequel repose le respect de la nature par les générations à venir.

En effet, il ne suffit pas de dire aux enfants qu’il faut respecter les plantes, arbres, et animaux. Je pense qu’il est impératif de leur faire réaliser à quel point la nature est une chance, que nous appartenons à cette nature comme le poisson appartient à l’eau. En d’autres termes, il doivent ressentir que la nature les concerne tous, et qu’à ce titre elle possède quelque chose de sacré que l’on doit protéger.

Je pense qu’il est impératif de leur faire réaliser à quel point la nature est une chance, que nous appartenons à cette nature comme le poisson appartient à l’eau
Photo : Actu.fr

Pour parvenir à cela, la route est longue, car les jeunes ne manquent pas de volonté, mais il manquent cruellement d’exemple. Je me mets à leur place deux minutes, et je comprends qu’ils sont nés, et ont grandis dans un monde d’écrans, de surconsommation, dans des zones urbanisées où ils sont totalement coupés de la nature. À ce titre, les jeunes aimeraient défendre et préserver une chose qu’il ne connaisse que très peu. En tant qu’adultes nous devons leur montrer l’exemple, et au-delà de ça, leur inculquer quelques connaissances sur l’environnement, l’utilité de la faune, de la flore, et sur les incidences directes sur notre espèce d’une dégradation de notre environnement.

Pour cela, il nous faut je le pense, en tant qu’adultes, reconnaître que nous avons jusqu’ici mal géré les choses, que nous avons fait fausse route en négligeant la nature au profit…du profit justement.

C’est sur la base de cette reconnaissance honorable que nous pourrons aider les jeunes à prendre des nouvelles habitudes, et les encourager à développer des idées innovantes et écologiques. Nous pouvons être acteurs de cette évolution verte que beaucoup de jeunes souhaitent, et les accompagner dans l’accomplissement d’idées nouvelles et positives. Nous devons cesser de les encourager à poursuivre dans la voie que nous avons prise avant eux, l’humanité à besoin d’un renouveau.

il me paraît très souhaitable de sortir les jeunes enfants en forêt aussi souvent que possible, afin de pouvoir les émerveiller, et les toucher sentimentalement
Photo: Actu.fr

Il me semble qu’il vaut mieux pour tout le monde que ce renouveau soit centrer sur l’environnement plus que sur le monde polluant et consumériste que nous avons créé. Ainsi, il me paraît très souhaitable de sortir les jeunes enfants en forêt aussi souvent que possible, afin de pouvoir les émerveiller, et les toucher sentimentalement. Il est vrai que certains enfants un peu turbulents ont un comportement parfois destructeur à l’égard des plantes, ou d’insectes, je pense qu’il ne faut en aucun cas tolérer cette attitude, mais toujours expliquer aux enfants pourquoi ils doivent respecter la nature.

🍂🍀Sur ces quelques conseils de bonne conduite en espace naturel, je vous souhaite de passer un agréable week-end, et de belles balades au grand air🍃🏞😉.

Ben. MASON

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

10 commentaires

  1. Tu as bien raison, c est a nous de montrer l ‘exemple aux jeunes.
    Tu te souviens à l ‘école primaire on nous emmenait en forêt et on nous expliquait tous ça. Aujourd’hui ils ne le font plus malheureusement et je pense que c’est à nous de sensibiliser et de faire prendre conscience aux autres. Sinon qui le fera….
    Il y a des règles simples a respecter pour que la nature reste propre et que nous puissions en profiter.
    Notre avenir semble bien obscure si l homme continue à ne pas respecter la nature !
    Merci à vous tous de continuer à nous apprendre pleins de choses et défendre notre nature. Transmettez vos connaissances aux plus jeunes et montrons leur l exemple.

    Bon week-end aux lecteurs et lectrices.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci Holmes,
      en effet je pense que l’exemple est fondamental. Je me rappelle bien des balades et des cours de sports en forêts quand on était enfants.
      C’est sûr, la pédagogie se situait à un autre niveau. J’espère que beaucoup de gens feront l’effort de se montrer plus respectueux de notre belle nature.

      Je te souhaite un bon week-end

      Ben

      Aimé par 2 personnes

  2. Esperons que ce beau plaidoyer pour la forêt et tout ce qu’elle contient ( flore et faune) sensibilisera toutes les personnes qui les aiment mais qui n’ont pas toujours conscience que l’indifférence peut être destructrice. Continuez dans ce sens car vos écrits et vos conseils sont toujours très intéressants. J’ai relu vos articles précédents sur le sujet et c’est vrai qu’il y a fort à faire !! je vous souhaite un bon week end.

    Aimé par 2 personnes

  3. Bonjour Benjamin,
    Merci de cet article qui nous rappelle comment se comporter dans la nature, alors que certains n’en font rien. Mes parents m’avaient déjà indiqué cela et nous l’avons fait aussi pour nos enfants, il me semble que cela va de soit.Il est indéniable de le répéter sans cesse afin que cela rentre vraiment d’une faon générale dans les esprits c’est une question simple de savoir vivre.
    Amicalement,
    D

    Aimé par 2 personnes

    1. Bonjour Fuego, merci pour votre commentaire.
      Vous avez bien fait d’apprendre à vos enfants le respect de l’environnement. Je pense que ceux-ci sauront désormais transmettre ces principes de bienveillance et de respect pour la nature.
      Je vous souhaite une belle après-midi et un excellent week-end

      Ben

      J'aime

    1. Salut Alan,
      Je comprends, c’est pas toujours simple de concilier le boulot et la gestion des blogs. Je suis moi aussi quelque peu débordé ces derniers temps ce qui complique un peu les choses pour la rédaction des articles, le suivi des autres blogs, et les échanges de commentaires.
      Je te souhaite une belle journée, et bon courage pour le taff.

      Ben

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :