Préparation du sol en permaculture

Il existe plusieurs façons de préparer le sol du potager et sachez qu’il est également possible de ne même pas aérer, ou décompacter ce dernier s’il est correctement mené depuis plusieurs années, s’il est bien protégé, constamment enrichit, amélioré et /ou si vous utilisez les engrais verts qui ont plusieurs vertus dont celle d’aérer le sol, de le décompacter via le développement des racines.

Photo: ONF.fr

1 – Anoblir son sol point par point

Il est évident que les étapes de préparation du sol varieront sensiblement selon qu’il s’agisse d’un potager déjà cultivé, ou s’il s’agit de votre premier potager. La qualité initiale du sol est aussi un point important, si celui-ci est trop ingrat, il vous faudra sans doute procéder à des amendements. Ces apports seront sableux en terrain lourd et argileux, humique en sol sableux ou limoneux, il est aussi possible d’apporter de l’argile à un sol trop calcaire, etc. Notez toutefois que ces amendements ont leurs limites, et ne changeront jamais fondamentalement, et durablement la nature de votre sol.

Si votre sol est pauvre, et non-cultivé depuis longtemps, je vous suggère de démarrer à la faveur de l’automne. Dans le cas contraire, il est possible de réaliser cette préparation au printemps et dans tous les cas de figures, la première étape va consister à désherber au mieux la zone à cultiver. Puis on ôtera également les plus gros cailloux avant de décompacter le sol. Personnellement, je désherbe plutôt après le décompactage car les herbes viennent plus facilement.

Pour décompacter, vous pouvez utiliser une grelinette, une bio-fourche ou encore une fourche-bêche, le choix dépendra de la surface de votre potager. Toutefois, ces différents outils préserveront la vie du sol qui travaille sous vos pieds à la bonne santé du sol.

Après avoir aérer en profondeur votre terre, la seconde étape va consister à épandre du compost. Dans l’idéal on doit avoir à sa disposition un compost bien décomposé, et bourré de vie induite par ses occupants. Sachez par ailleurs qu’il existe une multitude de méthodes pour enrichir, et améliorer la structure d’un sol.


Photo : Autonomie Jardin

2 – Compost, fumiers et engrais verts, pour préparer votre sol

Je pense par exemple aux fumiers animaux, aux engrais verts, aux purins végétaux, etc… le compost étant à mon sens un inoculant biologique qui viendra ponctuellement en appoint durant la saison et est à réserver à certaines cultures. Bien sûr, si vous disposez de cette ressource, il est tout à fait opportun de l’utiliser pour préparer votre sol aux cultures.

Après avoir épandu le compost, la troisième étape sera de couvrir légèrement l’ensemble de cette matière afin de limiter le lessivage (action de la pluie qui va précipiter les minéraux vers les nappes phréatiques). Il est à ce titre important de bien penser à pailler votre sol, le couvrir de façon à préserver ses éléments nutritifs indispensables au développement sain des plantes. Vous pouvez également optez pour un couvert d’engrais verts, dont le système racinaire aura en plus l’avantage d’agir positivement et en profondeur sur votre sol et sur la vie qui s’y abrite.

Une belle couverture d’engrais vert suite à votre décompactage permettra de protéger le sol tout en le maintenant vivant, frais, nourri, et aéré
Photo : Aujardinbio.com

3 – Préparation du sol en quatre étapes 

Pour résumer la préparation d’un sol en 4 étapes :

  1. Désherbez grossièrement et ôtez les plus gros cailloux
  2. Décompactez le sol à l’aide d’un outils adapté comme une grelinette ou une aérobèche qui préserveront la vie biologique
  3. Améliorez la terre via un semis d’engrais vert, du compost, des fumiers d’animaux
  4. Couvriez la terre d’un bon paillage afin de limiter le lessivage et le compactage par l’eau de pluie.
Décompactez bien votre sol avec une grelinette
Photo : Pinterest.fr
Couvrez toujours votre sol avec une couche de matière organique
Photo : Blog.oleomac.fr
Photo : Wiki.solvivant.org

En laissant ainsi le sol se régénérer sous couvert durant toute la saison hivernale, vous obtiendrez un sol impeccable pour lancer vos plantations au printemps suivant.

Je vous souhaite une belle fin de semaine.

Ben. MASON

Le dicton du jardinier:

« Tout arbre planté à la St Maur aura mauvais sort. »

🌲🍂

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

8 commentaires

  1. Merci Ben,
    je vais m’offrir une grelinette, ça fait un moment qu’elles font de l’œillet puis ma terre est vraiment très dure. Tu déconseilles d’y mettre un coup avant les préparatifs de jardinage, ou je laisse faire dodo?
    Bisous
    Corinne

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Corinne,
      Je te conseille fortement cet objet, c’est pratique, soft pour le sol, et très facile d’utilisation. La bêche est bien plus pénible, personnellement je n’en utilise plus depuis que j’ai une grelinette.

      Si je comprends bien ta question tu voudrais savoir si l’on peut mettre un coup de grelinette juste avant la plantation.
      C’est toujours mieux d’anticiper un peu, et de la faire quelques mois avant les plantations. Si le sol a été correctement préparé à ce moment là, il devrait être impeccable pour planter au printemps. Cependant, si le sol s’est recompacté durant l’hiver, il est possible de repasser un coup quelques jours avant de passer aux plantations.

      Je te souhaite un beau week-end

      Ben

      Aimé par 1 personne

    1. Coucou Alan,
      J’espère que ton projet de jardin partagé aboutira avec succès. De telles initiatives sont à encourager, elles sont une belle occasion de retrouver une alimentation plus saine, et génèrent une satisfaction personnelle et collective quant au fait de savoir produire soi-même, mais également des économies financières concernant l’alimentation. C’est aussi un moyen de se reconnecter à la terre, et à l’environnement, ainsi que de retisser des liens cordiaux et solidaires avec le voisinage.
      Je te souhaite de réussir à fédérer le plus de personnes possible autour de ce projet, même si la météo hivernale n’encourage pas pour l’instant les bonnes volontés. Il suffit toutefois que quelques uns s’y mettent, pour que d’autres suivent par la suite. Le plus compliqué est donc bien de prendre l’initiative.

      Bien à toi

      Ben

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :