Le jardin à la française

J’entame ici une nouvelle série d’articles concernant les différents types et styles paysagers à travers le monde. De l’ambiance paisible du jardin japonais, en passant par le style très naturel des jardins à l’anglaise, vous découvrirez dans cette nouvelle rubrique les différentes options possibles pour la conception, et l’aménagement de votre jardin.

Débutons avec les allées très rectiligne, et les massifs au cordeau de nos jardins typiquement français.

1 – Le jardin à la française

Également appelé jardin régulier ou jardin classique, le jardin à la française se définit tout d’abord par une haute exigence esthétique. Il se compose de garnitures et de différents agréments, expression du classicisme dans l’art des jardins, en d’autres termes il s’agit d’une recherche de la perfection formelle, d’une majesté théâtrale et d’un goût du spectacle. C’est ici une mise enscène de la nature, dans laquelle cette dernière doit être en tout point contenue, et maîtrisée, ce qui en soit est déjà une gageure.

Photo : Jardinage.eu

Son aspect esthétique, végétal et sa statuaire sont directement inspirés des jardins du nord de l’Italie que nous verrons lors d’un prochain article. Cependant, le jardin à la française s’en distingue, car il présente en général une superficie bien plus grande. L’idée est de faire entrer le paysage dans le jardin tout en conservant le souci de la perfection formelle : terrassés, réguliers, souvent linéaires, avec une grande importance accordée aux jeux et pièces d’eau, ils comportent des aménagements lourds (hydraulique des canaux et bassins, orangeraie, pavillons ) et font montre d’une taille savante des végétaux (l’art topiaire datant de l’époque romaine).

L’art de la taille en topiaire est un héritage de l’époque romaine qui sera une clé de voûte du style paysager français
Photo : Jardinage.eu
photo: Détentejardin.com

Le jardin français classique atteint son apogée au 17ème siècle avec la création pour Louis XIV des jardins du château de Versailles qui deviennent une référence pour toutes les cours d’Europe. Ce chef d’oeuvre d’architecture paysagère française, parfaitement exécuté par le célébrissime Le Nôtre, Reste de nos jours l’exemple le plus illustre de ce type d’aménagement paysager.

Le classicisme s’exprime aussi dans l’horticulture(production de plantes et de fleurs), avec sieur Jean-Baptiste de La Quintinie qui développe un art de la taille fruitière ainsi que des techniques de culture sur couche qui marqueront durablement les jardins de production. Pourtant, le terme « jardin classique » n’est retenu que pour les jardins d’agrément.

2 – Spécificités du jardin à la française

Ce style de jardin domestique rompt très clairement avec celui des jardins médiévaux, protégés par des murs, au sein de cloîtres, où se développaient des jardins très simples et des jardins de plantes médicinales. Dès le 16ème siècle, de grands jardins au tracé rigoureux ordonnent la nature selon les principes de la géométrie, de l’optique et de la perspective.

Photo : Moncoindesign.fr

Parmi les spécificités principales des jardins classiques, on notera donc ces tracés très linéaires et symétriques au niveau des allées, la présence de nombreuses plantes entretenues en topiaire, mais également celle de statues, pavillons, et de nombreuses pièces d’eau. Les escaliers y sont spacieux, et ouvrent des perspectives visuelles surprenantes.

Pièce d’eau somptueuse à Versailles
Photo : Destinationsdejulie.fr

Le jargon architectural utilisé pour décrire ce type de jardins démontre bien les objectifs du concepteur. On y parle de salles, de chambres ou de théâtres de verdure. On y déambule entre des murs de charmilles ou le long d’escaliers d’eau. Le sol est couvert de tapis de pelouse brodés de buis, les arbres sont taillés en rideau le long des allées. Bref, le jardin à la française est un château extérieur, et donc aménagé de manière plus ou moins analogue. L’harmonie savamment calculée dans le dessin des parterres et l’emploi des surfaces d’eau sont les premiers exemples de ce qui constitue l’esprit d’un jardin à la française. Ces éléments viennent s’intégrer aux compartiments de verdure qui sont constitués de broderies de buis taillés, de parterres, de massifs, et de bosquets. Chaque élément est stratégiquement disposé pour impressionner le visiteur. Dans le cadre du parc de Versailles, l’intention est donc claire, démontrer que le roi soleil détient le pouvoir sur chaque chose, y compris sur la nature elle-même. Un vrai tour d’illusionniste en somme.

Photo : EGC-Nîmes.fr

3 – Les grands noms du paysagisme à la française

André Le Nôtre, jardinier du roi soleil, qui conçut de nombreux jardins à la française, comme le parc et les jardins du château de Versailles, mais aussi de celui de Vaux-le-Vicomte et Chantilly, est sans doute le plus grand nom du paysagisme français.

André Le Nôtre
Gravure : Histoire-image.org

Cependant, c’est Jacques Boyceau, sieur de la bauderie ( 1560–1633) qui fut le premier à conceptualiser le style français dans son Traité du jardinage selon les raisons de la nature et de l’art publié en 1638 ; il définit et dessine parterres, pelouses, bosquets et autres ornements. Son influence est encore bien présente de nos jours, notamment à travers les jardins du Palais du Luxembourg, le jardin des Tuileries et le parc du château de Saint-Germain-en-Laye.

Claude Mollet jardinier d’Henri IV, de Louis XIII et de Louis XIV publie « Théâtre des plans et jardinages, contenant des secrets et des inventions incognuës à tous ceux qui jusqu’à présent se sont meslez d’escrire sur cette matière » en 1652.

Claude Mollet jardinier du roy
Gravure : Geneastar.org

Il réalise au château d’Anet un jardin à l’italienne, et André Mollet son fils diffuse le style en Hollande et en Grande-Bretagne, initiant ainsi le jardin à la française que toute une école de jardiniers reproduisent et améliorent dans toute l’Europe : en premier lieu André Le Nôtre, mais aussi Pierre Desgotz, Claude Desgots, Jean-Charles Garnier d’Isle, René Carlier, ou encore Jean-Baptiste Robillon.

Jean-Charles Garnier d’Isle
Gravure : Wikiart.org

4 – Exemples de jardins à la française

Pour conclure ce post au sujet des jardins à la française, voici une liste non exhaustive des plus remarquables d’entre eux :

– Parc du château de Versailles

Jardins classiques au château de Versailles
Photo : Floraqueen.fr
Parc et château de Versailles
Photo : LePoint.fr

– Parc du Thabor à Rennes

– Château de Vaux-le-Vicomte

– Château de Champs-sur-Marne

– Château de Chantilly

Parc du château de Chantilly (la crème de la crème)
Photo : Wikimedia.org

– Château de Meudon

– Parc de Saint-Cloud

– Parc de Sceaux

– Jardin du Luxembourg à Paris

Les sublimes jardins du Luxembourg à Paris
Photo : Visit-paris.org

– Jardin des Tuileries à Paris

– Château de Saint-Germain-en-Laye

Château et parc de St Germain-en-Laye
Photo : Sppe.fr

– Château de Pignerolle près d’Angers

– Château de Hautefort en Dordogne (jardins à la française et parc à l’anglaise)

– Pavillon de Galon à Cucuron (jardin à la française contemporain composé de plantes provençales)

– Potager du château de la Roche-Guyon du château de La Roche-Guyon

– Château de Breteuil

– Château de Josselin

Parcs et jardins du château de Josselin
Photo : Apjb.org

– Château de Villandry

– Jardin de l’Évêché de Castres par André Le Nôtre en 1616

– Château de Cormatin

– Château de Beaumesnil

Le splendide domaine de Beaumesnil
Photo : Beauxjardinsetpotagers.fr

– Château de Lunéville

– Château de Louvois

– Jardins du Manoir d’Eyrignac

– Parc du Château de la Brède (Bosquet de Montesquieu)

Parc du château de la Brède
Photo : Jardinez.org

– Jardin du Château de Grenouillon en Deux-Sèvres

– Château de Maintenon.

Belle perspective colorée et printanière au château de Maintenon
Photo : Jardinsdefrance.com

Lors du prochain post de cette nouvelle série nous volerons bien plus au sud à la découverte de l’incroyable style Andalou-Mauresque.

Je vous souhaite un beau week-end, et une belle inspiration au jardin.

Ben. MASON

LE dicton du jardinier:


« S’il gèle à la St-Sulpice,

le printemps sera propice. »

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

23 commentaires

    1. Bonjour Max-Louis,
      j’ai eu bien du mal à trouver l’information qui vous questionne, et qui m’interrogeait également.
      Il semblerait que sous le règne de Louis 14 les pelouses étaient fauchées par un beau contingent de faucheurs, ceux-ci opéraient simplement à l’aide de faux bien affûtées. La tonte des pelouses était ainsi exécutée tous les deux mois. Il est donc probable que la hauteur des pelouses au printemps et en été devait souvent monter à 30cm avant d’être à nouveau fauchées. Je pense qu’avec quelques dizaines de bons faucheurs, les opérations devaient se faire assez vite, malgré l’ampleur de la tâche.
      Plus tard, sous Louis 16, il est probable que les premiers systèmes de tondeuses à lames hélicoïdales aient été utilisés, mais je n’ai toutefois pas trouver d’écrits attestant formellement de leur emploi à Versailles.

      Je vous souhaite un beau week-end

      Benjamin

      Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ta visite Hervé, tes encouragements me touchent beaucoup.
      Un livre est effectivement en cours de rédaction, mais je ne peux pas en dire plus pour le moment.
      Je te souhaite un beau week-end
      Bien à toi

      Ben

      J'aime

  1. C’est article très interessant et magnifique, en ce moment ça fait du bien de voir de si belles choses inspirantes de surcroit 😉
    Le Château de la Brède c’est à côté de chez moi, j’adore ce lieu, c’est un petit château assez simple et très charmant. L’ombre de Montesquieu plane et s’y trouve partout, j’avais beaucoup aimé en particulier les poutres au plafond gravées, et couvertes de maximes, c’est chic 😉
    Les jardins du Manoir d’Eyrignac, j’y vais presque tous les ans, c’est une visite formidable et extrêmement relaxante, cet endroit est spécial…
    Villandry c’est un rêve, j’adorerais y aller un jour
    je t’embrasse Ben

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Corinne, merci pour ton mot, et ces belles suggestions de visites.
      Le Château de la Brède à vraiment l’air très paisible, tu as bien de la chance de vivre à proximité. Ces lieux possèdent une ambiance particulière, souvent plus liée à l’Histoire passée qu’à l’aménagement paysager en lui-même. C’est toujours impressionnant de déambuler dans de tels parcs, on se demande un peu si on est au jardin, ou au musée🤔. Les deux sont vrais à mon avis.
      beau week-end à toi

      Ben

      Aimé par 1 personne

  2. Bel article et jardins enchanteurs. .Pour ma part j’aime beaucoup Versailles que j’ai très souvent visité, à la fois grandiose ,harmonieux et apaisant. Mais dans la série que vous présentez, j’ai un faible pour le Chateau de La Brede, très intimiste .Les pièces d’eau donnent toujours une atmosphère particulière dans un parc ou un jardin plus modeste. On attend le prochain article de cette série.
    Bon week end

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Elienad, merci pour votre message,
      Je ne connais pas encore le Château de la Brède, mais son coté effectivement plus humble, et aux dimensions plus humaines sont effectivement des atouts indiscutables qui me donne envie de visiter un jour.
      je vous souhaite un bon week-end

      Benjamin

      J'aime

    1. Merci pour ta visite Danielle,
      Il est vrai qu’André Le Nôtre attire toute l’attention à lui, mais il faut rendre hommage aux jardiniers de terrain, qui eux ont dû exécuté les plans dessinés par Le Nôtre, et ce avec des moyens très archaïques. Ce sont eux les plus grands jardiniers du pays, bien que l’histoire n’a pas retenu le nom de ces hommes, ils ont fait la beauté de ces jardins, ainsi que la célébrité de leur patron André Le Nôtre.
      Je te souhaite un agréable week-end

      Ben

      J'aime

      1. Tu as raison, Ben, il en va des jardins comme des cathédrales, c’est la somme d’une multitude de talents et d’énergie. Mais au Moyen-Age, architectes, sculpteurs ou tailleurs de pierre ne cherchaient pas la gloire mais oeuvraient pour la beauté, pour la gloire de Dieu. Si seulement on pouvait s’en inspirer… Beau dimanche, danielle

        Aimé par 1 personne

  3. Cette nouvelle série va être très intéressante. C’est vrai que l’on peut tout faire et c’est ce qui rend le design passionnant. Le jardin à la française est une œuvre d’art avec des perspectives intéressantes et un effet visuel garanti. Tu as cité le parc du Thabor à Rennes qui est remarquable. Il y a un chêne qui a 400 ou 500 ans. Il a vu des cons se battre en duel car le Thabor est sur un mont et pour l’égo c’est le top ;). Pour la suite, j’aimerais, s’il te plaît, que tu abordes aussi des designs en Permaculture pour leur coté pratique. Pourquoi mets-on telle plante avec telle autre et comment tout ça s’agence. Est-il possible d’associer une superbe esthétique avec un coté pratique dans un jardin nourricier?
    Merci encore pour ce post bien documenté. Bon week-end.

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Alan,
      Ravi que cette nouvelle série te plaise. Comme toi j’aime autant l’histoire, et la culture que les jardins, je trouve donc sympa de lancer une suite d’articles concernant l’aspect culturel et historique des différents types de conceptions paysagères. Le parc du Thabor est vraiment splendide, j’espère avoir l’occasion d’y faire une visite un jour.
      Merci pour ta suggestion au sujet du design en permaculture, dont il existe déjà un ou deux posts, notamment « aménagement d’un espace permacultivé », mais aussi un article au sujets des « bonnes associations de plantes ». En effet ce sujet est vaste, et je ne suis pas encore rentré complètement dans les détails, mais je vais prochainement développer ces points importants.

      Je te souhaite un bon week-end

      Ben

      Aimé par 1 personne

      1. Avec plaisir cher Alan, je te mets les liens ci-dessous.
        Ces articles n’entrent pas complétement dans le détail (soucis de simplifier la compréhension de tous), cependant d’autres articles à venir viendront compléter ceux-ci et seront bien plus précis.
        En attendant mieux, saches que tu peux me contacter si tu souhaites des conseils spécifiques aux divers situations que tu rencontres au jardin. Je te répondrais bien sûr avec grand plaisir.
        Aussi, à titre indicatif, je te rappelle, ainsi qu’aux autres lecteurs, qu’il existe un onglet « Articles par sujet » notamment en page d’accueil (autonomiejardin.com), ce dernier onglet permet de trouver plus facilement un article en fonction du sujet, parmi les quelques 195 posts publiés depuis le départ du Blog. Cet onglet est régulièrement tenu à jour, tout comme le calendrier lunaire mais il existe parfois un décalage de quelques jours entre la parution de l’article, et son apparition dans ce fameux onglet. Je travail cependant à réduire ce délai autant que possible en fonction de mon temps.
        Je sais que l’ergonomie de mon site n’est pas encore bien huilée, et cela me fait plaisir d’avoir ce genre de retours qui aident Autonomie Jardin à progresser tant sur le fond, que sur sa forme.

        Bien à toi
        Ben

        Voici les liens qui t’intéressent:
        Aménagement d’un espace permacultivé – https://autonomiejardin.com/2019/11/20/organisation-dun-espace-permacultive/
        Associations de cultures; les combinaisons gagnantes – https://autonomiejardin.com/2020/01/10/associations-de-cultures-les-combinaisons-gagnantes/

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :