LA SCILLE DU PÉROU ;

Une bulbeuse pas si péruvienne que ça !

Très représentée dans la péninsule ibérique d’où elle serait originaire, la scille du Pérou est peu répandue sur le territoire français. Pourtant, malgré ses aptitudes à prospérer en terrain même pauvre, une belle résistance au froid, et à la sécheresse, voici une espèce très ornementale qui mériterait d’être plus largement cultivée à travers l’hexagone. Je vous invite ici à découvrir cette superbe plante, et pourquoi pas vous initier à la culture de cette jolie bulbeuse que vous conserverez de longues années au jardin.

Scille du Pérou
Photo : Autonomie Jardin

1 – Description botanique et répartition

La Scille du Pérou, Oncostema peruviana -(Syn. : Scilla peruviana L.), parfois appelée Jacinthe du Pérou. Contrairement à ce que son nom laisse croire, la Scille péruvienne n’est pas originaire du Pérou mais du bassin méditerranéen. C’est en effet dans les cales du bateau « La Peruviana » que la plante fut acheminée de l’Espagne vers l’Angleterre. Du coup, le botaniste l’ayant initialement décrite à fait une idiote confusion avec le nom du bateau qui la transportait, et son origine géographique réelle.

Membre de la grande famille des Liliaceae selon la classification classique, on la place parfois dans celle des Hyacinthaceae (ou encore dans celle des Asparagaceae). On la reconnaît aisément grâce à ses inflorescences bleu-violet présentant un peu l’aspect de pommes de pin (les Catalans l’appellent pinya blava, pomme de pin bleue).

Il s’agit d’une plante poussant dans les buissons, les prairies et les pâturages humides. Courante dans la péninsule ibérique, en Espagne méridionale et au Portugal mais aussi en Afrique du Nord, on la croise bien plus rarement en France (Var, et Corse surtout). La floraison intervient d’avril à juin.

Nom : Scilla peruviana
Famille : Liliacées – Hyacinthaceae
Noms communs: Scille péruvienne – Scille géante du Pérou
Floraison :
Fleur de couleur bleu-gris, violacé vif
Période de floraison : de Avril à Mai
Fleur de 8 cm
Feuillage : Caduc de couleurvert foncé, luisant
Hauteur à maturité : 40 cm
Envergure à maturité : 25 cm

Plante de type vivace à gros bulbe (diamètre entre 5 et 8 cm), à tige assez robuste, atteignant de 30 à 50 cm, elle porte de nombreuses feuilles lancéolées, souvent plus longues que la tige, étalées et à bords velus.

Sa superbe inflorescence en corymbe peut porter jusqu’à cent fleurs, d’un ton bleu-violet le plus souvent profond, parfois plus pâle. Chaque fleur est portée par un long pédicelle. On dénombre une multitude de bractées longues et étroites protégeant des fleurs à 6 tépales libres (sépales et pétales identiques) s’ouvrant en étoile. Les étamines sont bleues à anthères jaunes.

Photo : Autonomie Jardin

Le fruit quant à lui est une bête capsule ovoïde et pointue à 3 loges contenant chacune 3 graines qui peuvent se ressemer spontanément si les conditions le leur permettent.

2 – Culture et entretien

De nature assez frileuse (-10°C tout de même) en sol humide, il est par conséquent conseillé d’optimiser le drainage du sol et de la pailler l’hiver au Nord de la Loire.

La Scille du Pérou doit être plantée en plein soleil dans le Nord de la France, mais peut bien se tenir à mi-ombre dans le Sud du pays. Moyennement rustique sur sol humide en hiver, jusqu’à -10°C, elle supportera des températures beaucoup plus basses en milieu plus drainant.

Placez les bulbes en été jusqu’en septembre, dans un sol léger, riche en humus, plutôt frais mais bien drainé, à 10 cm de profondeur et 15 cm d’espace en tous sens. Évitez les terres trop lourdes et argileuses, rajoutez du gros sable de rivière si votre terrain est trop rétenteur d’eau. Des rocailles sur buttes peuvent aussi être envisagées, vous pourrez ainsi mieux assurer un drainage efficace à votre massif de plantes de terrain sec. Laissez la culture en place plusieurs années avant de procéder à la multiplication, car la scille est casanière, et n’aime guère être déplacée.

Photo : Autonomie Jardin

La culture en pot et jardinière est également possible. En substrat bien drainant, et en situation bien ensoleillée. Un apport de fertilisant organique au début du printemps est recommandé pour que la scille puisse bien fleurir en ces conditions hors-sol.

3 – Multiplication de la scille péruvienne

Après trois à quatre années de culture, vous pourrez, suite à la floraison et lorsque le feuillage commence à jaunir, diviser, et prélever sans difficulté de nouveaux bulbes que vous planterez ci et là dans votre rocaille, ou dans vos coins secs.

Photo : Autonomie Jardin

Le semis est également une option de reproduction qui cependant est plus longue et plus délicate. Concrètement on procède par des semis en terrine ou en godet à partir d’avril sous abri, ou suite aux Saints de glace pour semis effectués en extérieur. En terreau drainant, maintenez toujours le substrat légèrement humide jusqu’à l’apparition des premières feuilles. On espacera ensuite davantage les arrosages, le repiquage peut s’effectuer dès que la plante possède quelques jolies feuilles vigoureuses. Par ailleurs, dans de bonne conditions de culture, il arrive fréquemment que la scille se ressème de façon spontanée. Faites gaffe donc lorsque vous désherbez vos pieds de scille.

4 – Utilisations et associations possibles

Utilisée en massif, bordure, rocaille ou encore en pot, cette variété de scille convient dans la composition d’un espace d’ambiance méditerranéenne. Associée aux sédums, ficoïdes, ou à d’autres liliacées, Lis de la Madonne, Crocus d’automne, Iris unguicularis, Perce neige, ou Lys de mer, elle peut aussi être accompagnée d’aromatiques méridionales tels que câpriers, thyms, lavandes et romarins… Les possibilités d’associations ornementales sont nombreuses, mais on imagine aisément une belle combinaison avec des agapanthes qui fleuriront à la suite des scilles, ainsi que l’ail géant d’ornement qui contribuera lui aussi à offrir une belle explosion florale. Pensez à intégrer des variétés à floraison blanche pour plus de luminosité à votre idée paysagère. La scille péruvienne trouve aussi sa place dans les bordures ou aux pieds des arbustes à floraison printanière, comme les cognassiers du Japon, les amélanchiers, feijoa, spirées ou éléagnus. Plante à l’aise en sols secs et drainés, elle s’intégrera également à merveille dans les rocailles, où elle n’exigera pas de soin particulier et pourra apporter une touche originale à un massif de cactées en régions très douces.

Photo : Autonomie Jardin

5 – Autres scilles intéressantes

Au delà de la variante blanche de scilla peruviana, dite « Alba », les scilles se déclinent en diverses variétés, avec des fleurs aux formes diversifiées et diverses périodes de floraison.

Scille du Pérou (Alba)
Photo : Gardenbreizh.org

La scilla campanulata est une variété dotée d’une jolie palette de coloris allant du bleu au blanc, en passant par le rose.

Scille campanulata
Photo : Pinterest.com

Il existe aussi la scille à deux feuilles appréciant les sous-bois pour leur fraîcheur.

Scille à deux feuilles
Photo : Visoflora.com

La scille printanière, est appelée Tractema verna, variété très fréquente naturellement sur le front atlantique, et également à faible altitude dans les montagnes des Pyrénées.

Scille Tractema verna
Photo : Aphotoflora.com

Dans les Pyrénées, il existe aussi une sous forme de scillle nommé lis-jacinthe de par sa similitude avec la fleur de lis.

Scilles « Lis-jacinthe »
Photo : Naturemp.org

Les scilles offrant une floraison à l’automne sont représentées par la scille prospero autumnale, ravissante et à adopter au cœur de votre jardin.

Scille prospero autumnale
Photo : Wikipedia.org

Que votre fin de semaine soit belle, et vos idées jardin florissantes.

Ben. MASON

LE DICTON DU JARDINIER :

« Prépare autant de tonneaux qu’en juin tu compteras de jours beaux. »

🌤🏺🌤🏺🌤🏺🌤🏺🌤🏺

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

7 commentaires

  1. Vous nous faites toujours découvrir de très jolis végétaux comme cette scille aux belles couleurs que ,sans votre présentation, j’aurai assimilé à des agapanthes ou à des plumbagos. Merci pour tout cela.
    Très bonne semaine ensoleillée !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Elienad, il est vrai que cette plante a des points communs avec l’agapanthe. Les agapanthes sont ici en bouton, et devrait fleurir à temps pour juillet. Je vous souhaite une belle journée

      Benjamin

      J'aime

    1. Bonjour Andrée, les fleurs de la scilles du Pérou ne sont effectivement pas très grandes, mais les nombreuses inflorescences, et ce bleu soutenu lui confère une beauté loin d’être discrète.
      Je te souhaite une bonne semaine

      Ben

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Répondre à chatvoyageur Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :