L’HERBARIUM DES REMPARTS

à Saint-Valery-sur-Somme

(80 – Somme)

Vue aérienne de l’herbarium des remparts
Photo : Herbarium-des-remparts.fr

Aujourd’hui je vous propose une sympathique promenade estivale dans un superbe parc situé dans l’enchanteur département de la Somme, connu notamment pour sa splendide baie du même nom.

L’herbarium des remparts, situé à Saint-Valéry-sur-Somme est intéressant à plus d’un titre. En effet, en plus de son cachet historique, il présente les végétaux de façon ludique, et est entretenu dans le respect de l’environnement et de la biodiversité locale. Plantes vivaces et médicinales, vergers, et arbres peu communs y sont mis en valeur dans un cadre somptueux et préservé. Suivez le guide !

1 – Histoire de l’herbarium des remparts

Longtemps propriété des religieuses, un premier hôpital fut fondé à cet endroit en 1518. Depuis le 16ème siècle, les religieuses de l’hôpital de Saint-Valery y entretenaient un jardin dont le produit servait à l’alimentation des malades. Après la révolution en 1794, les remparts sont ouverts et perdent progressivement leur fonction défensive. En raison de l’agrandissement de l’hôpital, les soeurs ouvrent ce nouveau jardin sur le rempart, juste en face. Sa vocation était entièrement dédiée à nourrir, guérir, vêtir, panser et soigner les malades. Ce jardin perdura longtemps, très longtemps, mais il fut finalement abandonné lorsque les soeurs quittèrent l’hôpital en 1964. Il ne resta alors en place qu’un vieux pommier.

Le vieux pommier, vestige végétale d’une autre époque, est au centre d’une reconstitution splendide d’un herbarium oublié
Photo :
Herbarium-des-remparts.fr

C’est en 1995 que l’association Herbarium a vu le jour sous l’impulsion de Nicole Quilliot, et l’aide d’un pharmacologue, Marcel Bonte. Leur objectif est alors de relancer l’aménagement d’un jardin d’hôpital. Les travaux de restauration commencèrent donc avec l’aide d’une poignée de jardiniers passionnés. De son plan d’origine, il n’en restait aucune trace. Ils ont donc dû en redessiner les contours à partir de recherches historiques sur les jardins de ce type et sur la topotomie du lieu pour en reconstituer une histoire redessinant le plus fidèlement possible les traits de son visage oublié. Aujourd’hui encore, Nicole Quilliot poursuit ce travail de renaissance et d’entretien. Je salue sincèrement l’œuvre de cette dame.

Ce n’est que 20 ans plus tard, en 2015, au pied des remparts, adjacent au jardin, qu’il fut aménagé un fruticetum , en d’autres termes un verger, avec sa collection de pommiers, poiriers, cerisiers, vignes, tilleuls, cyprès, rosiers, joncs, etc.. Cet espace est ouvert aux pensionnaires de la maison de retraite située à deux pas de là.

De nos jours ne vous attendez pas à croiser une armée de nonnes qui vous guériront de la covid avec des plantes, en entonnant « Ave Maria » à plein poumons, mais il reste cependant là-bas une certaine atmosphère bienfaisante, voire spirituelle!

Vue générale du jardin
Photo : Herbarium-des-remparts.fr

2 – Particularités du parc

Niché dans la ville haute, près des remparts, ceints de murs de galets et de silex, l’Herbarium représente une belle superficie de 1 700 m2. Bien que de modestes dimensions, il rassemble plus de mille espèces soigneusement étiquetées. Chacune des plantes est en effet répertoriée par une petite plaque d’ardoise aux calligraphies joliment exécutées.

De belles ardoises sympathiquement calligraphiées nous guident dans ce lieu apaisant
Photo : Herbarium-des-remparts.fr

Les noms incroyables redonnent la parole à ces plantes parfois oubliées. Çà et là, d’autres ardoises plus grandes jalonnent le parcours avec des proverbes et citations.

Le jardin est géré selon les normes du développement durable, sans engrais ni pesticides, respectant ainsi l’environnement et la biodiversité locale. C’est dans cet esprit que le jardin étudie actuellement l’installation d’une ruche pédagogique destinée à sensibiliser les visiteurs à l’importance de la sauvegarde des pollinisateurs.

Les parcelles se déclinent en étoile à partir d’un vénérable pommier. De petits biotopes et différentes ambiances y ont ainsi été créés :

– mini-dunes(oyats, sedums, argousiers…) ,

– plantes du littoral(choux maritime, oreilles de cochon, plante à huitre…) ,

fleurs de sous-bois,

– plantes de milieu marécageux,

– parcelles à thèmes…

Malgré ses petites dimensions, l’herbarium des remparts présente une belle diversité de plantes et de biotopes
Photo : Francevoyage.fr

3 – Les végétaux à découvrir

De nombreuses espèces végétales sont représentées dans le jardin :

– plantes alimentaires,

– plantes condimentaires,

plantes médicinales,

– plantes ornementales,

– plantes tinctoriales comme la guède (waide en dialecte picard).

Il existe au sein des verger une belle diversité d’ arbres fruitiers tels que cognassiers, figuiers, néfliers , poiriers, cerisiers, et pommiers de toutes variétés. Un véritable conservatoire à découvrir.

Malgré ses petites dimensions, l’herbarium des remparts présente une belle diversité de plantes et de biotopes
Photo : Francevoyage.fr

Des arbustes peu communs dans la région des Hauts-de-France y ont été acclimatés avec succès comme l’arbousier , l’argousier , le mimosa , le pittosporum , ou encore le sureau lacinié.

On y découvre également de nombreuses plantes vivaces et annuelles, et fleurs de rocaille. De quoi satisfaire pleinement la curiosité de tout jardinier amateur, ou botaniste en herbe.

Petit plus non négligeable, des expositions temporaires sont organisées régulièrement dans la serre attenante au jardin, sur des sujets concernant principalement l’environnement.

Fruitiers en espalier au pied des remparts
Photo : Herbarium-des-remparts.fr

4 – Infos, tarifs et horaires + S’y rendre

Clos durant de nombreux mois en raison de la maudite pandémie, l’herbarium à enfin pu rouvrir ses portes au public de puis le 19 mai 2021. Cependant des mesures sanitaires sont toujours en vigueur afin d’assurer la sécurité de tous, pensez donc bien à vous équiper de l’insupportable masque.

L’entrée pittoresque du site
Photo : Refok.fr

Ouverture tous les jours, à partir du 1er juin 2021 :

Horaires :

de 10h à 18h du lundi au vendredi

de 10h à 12h30 et de 15h à 18h, week-end et Jours fériés.

Dernières entrées 1h avant la fermeture.

Type de visite :

-Visite libre

-Visite guidée, parcours botanique adapté, et ateliers pédagogiques (sur rdv)

Tarifs 2021 :

Adultes : 10€

Enfant, étudiant, handicapé : gratuit

Groupe à partir de 10 personnes : 8€

Atelier enfant : 3 ou 4 € (selon âge et atelier)

Durée de la visite libre :

45 minutes environ

Adresse :

36 rue Brandt

80230 Saint-Valery-sur-Somme

Téléphone : +33 (0)3 22 26 69 37

Pour conclure cet article, je vous invite à découvrir le site internet de l’association, ainsi que son blog qui sauront vous parler plus en détail de cette petite merveille patrimoniale de la Somme. Voici un lien direct vers le site web : https://herbarium-des-remparts.fr/

Photo: Refok.fr

Pour ma part, je vous souhaite un agréable week-end, et d’excellentes vacances à ceux qui ont la chance de pouvoir faire une pause cet été.

Ben. MASON

LE DICTON DU JARDINIER :

«  En juillet, sombre matinée n’empêche pas belle journée. »

☁⛅🌤☀🌞🌤🌤🌤

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

9 commentaires

    1. Merci pour ton retour Max-Louis, je suis content que tu m’indiques le château de Chateaudun que je ne connaissais pas et qui effectivement m’a l’air de valoir le détour dans le Val-de-Loire.
      Je te souhaite une excellente fin de journée, et de belles vacances si tu en as la chance

      Ben

      Aimé par 1 personne

  1. Belle découverte que ce modeste petit jardin de couvent plein de charme qui se transforme petit à petit en conservatoire de plantes diverses et variées.
    Autrefois on appelait cela un  » jardin de curé  » ou  » jardin des simples « pour les plantes médicinales.
    L ‘intérêt réside dans la gestion du jardin qui respecte l’environnement et la biodiversité.
    Bravo à l’association Herbarium
    Bon week end

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Elienad, il existe de nombreux jardins de ce type notamment dans les couvent et abbayes, où jadis les moines et les nonnes cultivaient les plantes nécessaires à leur subsistance. C’est un héritage historique d’une grande richesse que l’on retrouve un peu partout en Europe, j’ai d’ailleurs de bons souvenirs des jardins d’une abbaye belge, l’abbaye de Villers, aujourd’hui en ruine dans sa plus grande partie, mais dont les jardins sont très intéressants, notamment avec une belle collection de rosiers anciens, mais aussi un bel éventail de plantes médicinales utilisées autrefois.
      Je vous souhaite une belle fin de week-end

      Ben

      J'aime

      1. La tomate blanche est une très belle variété qui en année favorable donne de bons rendements bien que la fructification démarre un peu tardivement. Normalement en cette période les fleurs doivent commencer à apparaitre, tu devrais pouvoir récolter les premières d’ici fin juillet – début aout.
        Je te souhaite de belles récoltes et un bon dimanche

        Ben

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :