Le marcottage en cépée

Le marcottage classique par couchage n’est pas toujours faisable. Certains végétaux, aux branches trop rigides par exemple, ne s’y prêtent pas. Le marcottage en cépée est alors une alternative simple pour multiplier vos arbres et arbustes. Il permet d’obtenir de nombreux plants à partir du pied mère. Aussi appelé marcottage par buttage, il se pratique sur les plantes rigides que l’on ne peut plier jusqu’au sol ou sur les plantes émettant facilement des rejets.

Illustration : Oldbookillustrations.com

1 – Principe du marcottage en cépée

Le marcottage en cépée s’applique donc particulièrement aux arbres, arbustes et buissons dit cespiteux (qui émettent des rejets, et repartent du pied ) bruyères, groseilliers et autres buissons à tiges courtes, mais aussi figuiers, noisetiers, cognassiers, pruniers, pommiers, etc.

NB: cette technique est souvent utilisée par les pépiniéristes professionnels sur les portes-greffes de pommiers car elle permet de reproduire en une seule fois une quantité importante de scions prêts à être greffés.

2 – Matériel Nécessaire

Prévoyez un minimum de matériel pour mener efficacement votre marcottage par cépée. Voici la liste des outils et éléments indispensables :

– Sécateur, et sécateur de force(coupe branche)

– Pelle et bêche

-Sable de rivière

-Terreau

3 – En pratique

  • En fin d’hiver, rabattre la plante à environ 10 centimètres. Des rejets vont alors progressivement apparaître en nombre à partir de la base du pied.
  • Au printemps, recouvrir d’un mélange de terre de jardin, sable, et terreau.
  • Continuer à butter au fur et mesure durant toute la période végétative.
  • A l’hiver, des racines se sont formées sur chaque rameau.
  • Au printemps de l’année suivante, retirez délicatement la terre et vérifiez que l’enracinement soit suffisant. En effet, certains végétaux d’extérieur peuvent demander plusieurs années avant d’avoir un chevelu racinaire suffisant pour nourrir le nouveau plant.
  • Conseil : Avec certaines espèces comme le poirier, il vous faudra patienter un peu plus de temps. Dans le cas d’un développement racinaire insuffisant, reformez la butte et patientez quelques mois supplémentaires. Si les scions sont bien racinés, prélevez au sécateur les nouveaux rejets émis avec leurs racines. Il ne vous restera plus qu’à les repiquer.
Schéma : Ooreka.fr

Exemple de plantes à marcotter en cépée :

  • Cognassier à fruit
  • Cognassier du Japon
  • Bruyères
  • Forsythia
  • Seringat
  • Lilas
  • Figuiers
  • Magnolias
  • Noisetiers
  • Pruniers
  • Pommiers
  • etc.

Je vous souhaite plein de succès dans la multiplication de vos arbustes préférés, et un agréable week-end.

Ben. MASON

LE DICTON DU JARDINIER:

« Tonnerre de novembre, remplit le grenier. »

🌩🌾🌾🌾🌩

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

9 commentaires

  1. Salut Ben
    J’ai encore appris grâce à tes articles. Puisque tu évoques les greffons, je fais une demande. Aborder les techniques de greffes. A mon grand regret, mon père qui était le champion de la greffe ne m’a rien transmis à ce sujet. Je le souviens de ses gestes. Un chirurgien des arbres 😉
    Belle journée à toi et merci pour ce nouveau post.

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Alan, merci pour ton mot🙏
      Je ne suis pas un grand spécialiste de la pratique de la greffe comme le fut ton papa. Je connais cependant différentes techniques de greffage, et il est prévu que je fasse un dossier à ce sujet. Je pense le poster au printemps prochain.😉
      Comme tu le dis, c’est un peu chirurgical comme procédé, il faut donc être méticuleux, et pratiquer souvent pour obtenir le plus de réussite possible.
      Je te souhaite une belle semaine

      Ben

      J'aime

  2. Pour avoir quelquefois pratiqué le marcottage, j’ignorais totalement cette technique en cépée. J’ai encore appris une technique et augmenté mon vocabulaire. Merci pour cet article très clair et bon week end

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Elienad,
      Il s’agit en effet d’un procédé peu pratiqué par les jardiniers particuliers. La technique est pourtant simple à mettre en œuvre, cela me fait plaisir de la partager ici.
      Je vous souhaite une excellente semaine

      Ben

      J'aime

    1. Salut Danielle,
      La technique fonctionne à merveille avec les bruyères, et je pense que le fargesia doit pouvoir être multiplié par ce procédé car le rhizome est cespiteux. En revanche je ne sais pas si l’enracinement prend du temps avec ce type de plante. Il faut tester!
      Belle semaine à toi aussi

      Ben

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :