L’incroyable productivité

des cyclanthères

Photo : Autonomie Jardin

Peu connu et original, la cyclanthère est un légume-fruit qui mérite absolument sa place dans les jardins potagers de climat doux. Avec sa saveur proche de celle du concombre, la cyclanthère est aussi une liane annuelle très esthétique qui porte de belles feuilles très découpées. Très productive jusqu’en fin d’automne, c’est une plante qui prend son temps pour fructifier mais qui récompensera sans problème notre patience.

1 – Description botanique

Cyclanthera pedata, la cyclanthère aussi appelé achocha ou caigua, est une plante grimpante appartenant à la famille des Cucurbitacées. Probablement originaire des Andes, en Amérique du Sud, cependant on ne la connais plus sous sa forme sauvage. Cultivée dans de nombreux, pays, même parfois considéré comme invasive, la cyclanthère est une plante légume originale, appréciée des amateurs de cucurbitacées et de légumes rares.

C’ est une plante volubile annuelle, et de croissance rapide. Ses semences germent au printemps, et produisent rapidement des lianes longues de 3 à 5 m, s’attachant par des vrilles à tout support à sa portée. La cyclanthère porte de belles feuilles alternes palmées, composées de 6 folioles ovales dentées vers vif. Ce feuillage est assez couvrant et très décoratif.

Photo : Mooiemoestuin.nl

Les fleurs sont petites et de couleur jaune verdâtres groupées à l’aisselle des feuilles. Les fleurs sont sexuées, mais les deux sexes sont portés sur la même plante. Un plant unique peut ainsi produire des fruits grâce au travail des insectes pollinisateurs. La floraison est en outre agréablement parfumée.

Les fruits s’apparentent à de petits concombres lisses ou hérissés d’épines molles, longs de 4 à 15 cm. En murissant, ils deviennent creux, contenant quelques étranges graines très plates et noires. La cyclanthère produit ses fruit à partir du mois d’août jusqu’au premières gelées qui porteront l’estocade à cette belle annuelle.

Leur stratégie de dispersion des graines est détonante. En effet, à la fin de leur maturation, les fruits de la cyclanthère explosent, expédiant leurs graines sur plusieurs mètres.

Les graines sont plates, noires et pointues
Photo : Autonomie Jardin

2 – Semis et plantation

Cyclanthera pedata nécessitera un sol assez riche, régulièrement arrosé et préférera une exposition ensoleillée. Il demande environ 3 mois avant d’être capable de fructifier. Ne supportant pas le gel, la cyclanthère peut être hâté sous châssis ou abris (20 °C) en avril en godet et repiqué en pleine terre après les derniers gels. La densité de plantation est de un à deux pieds par m².

Dans les régions aux longues saisons chaudes, la cyclanthère pourra être semé directement en place en mai. Il est placé dans un sol bien ameubli et enrichi de compost, sans perturber les racines de la motte de terre. Une cloche de forçage peut aider à la reprise, car les jeunes plants peuvent être un peu poussifs au démarrage.

Les graines seront enfoncées de 2-3 cm dans la terre et copieusement arrosées. Les jeunes plants doivent pouvoir s’accrocher sur un support rapidement afin d’éviter la casse et pouvoir forcir.

Répondant au rythme de la photopériode (durée jour/nuit), la caigua ne sera capable de fleurir qu’après le solstice d’été.Il faut donc être patient jusqu’en aout, mais avec des apports d’eau réguliers et en climat doux, mais pas trop chaud, la récolte peut devenir abondante et se prolonger tout l’automne.

Le feuillage est très découpé, couvrant et décoratif
Photo : Lesjardinsdely.fr

3 – Entretien et récolte

La cyclanthère ne nécessite que peu d’entretien, il peut être utile de couper les lianes qui poussent de façon anarchique, où vers le sol, afin de favoriser la pousse des tiges qui s’élancent sur le support de culture.

Comme toutes les cucurbitacées, la cyclanthère a besoin d’arrosages réguliers. Idéalement on essaiera de toujours maintenir le sol frais et humide. Un paillage peut à ce titre être très intéressant d’autant plus qu’il limitera la levée des herbes indésirables.

La récolte se fait au fur et à mesure, lorsque que les fruits sont encore verts et petits, de la taille d’un petit cornichon. Ils se dégustent alors crus, en salade ou macérés au sel et au vinaigre ils remplaceront à merveille les cornichons. Ce dernier procédé est idéal pour conserver vos récoltes.

Photo : Autonomie Jardin

Certaines variétés, plus grandes, sont sélectionnées pour être cueillies matures. Les fruits mûrs seront toujours épépinés et consommés cuits.

4 – Ravageurs et maladies

Tout comme les concombres, les cyclanthères peuvent être attaqués par l’oïdium, un champignon qui semble couvrir les feuilles d’une poudre blanche.

Si les attaques ont lieu au printemps, pulvérisez un antifongique naturel (purin de prêle, eau lactée ou vinaigrée) sur le feuillage. En revanche, si l’oïdium affecte les feuilles en fin d’été, soyez tolérants et patients, la récolte des fruits ne sera pas affectée par le champignon à ce stade de la culture.

Photo : Jardin-essai.com

Les pucerons sont fréquents au printemps mais ne compromettent en général pas le développement de la plante.

5 – Utilisation en cuisine

Dans les pays andins où la cyclanthère pousse spontanément, elle est cultivée pour ses fruits qui sont consommés jeunes (crus ou confits dans le vinaigre) ou cuits, poêlés ou bien farcis. Sans en avoir le croquant, mais agréablement fondants, les fruits de cette étrange plante développent une saveur de concombre.

En Asie du sud-est, la cyclanthère est également très utilisée. Ses fruits coupés en deux et farcis de piments et de fromage local sont une spécialité gastronomique du Bhoutan nommée « datsi ».

Le datsi est un plat typique du Bhoutan à base de cyclanthères
Photo : Pinterest.com

Les cyclanthères se conservent une bonne semaine dans le bac à légumes du réfrigérateur. Ces fruits doivent aussi pouvoir être stockés, après avoir été blanchis, au congélateur. Mais le procédé de conservation le plus courant reste la réalisation de confits dans le vinaigre, à la façon des cornichons.

De plus, la cyclanthère a été utilisée dans plusieurs pharmacopées traditionnelles. Ses propriétés sont aujourd’hui à l’étude. La plante serait en effet un bon hypotenseur ; elle ferait baisser le taux de cholestérol. Et ce n’est pas fini : la cyclanthère aurait une action régulatrice sur le métabolisme des lipides et du sucre dans le sang qui pourrait rendre son emploi utile dans le traitement du diabète.

Photo : Autonomie Jardin

Avec de si nombreux atouts et si peu de contraintes, la cyclanthère est à inclure absolument dans vos prochaines cultures potagères.

Je vous souhaite un agréable week-end

Ben. MASON

LE DICTON DU JARDINIER :

« Si en décembre l’hiver ne fait son devoir, c’est en janvier qu’il se fera. »

🌬🌨❄🌨🌬

Publié par Ben. Mason

Jardinier autonome, spécialisé en éco-jardinage, et en permaculture.

Rejoindre la conversation

5 commentaires

  1. Production abondante, culture facile et gout agréable, voilà une plante intéressante que vous nous présentez
    Avec ses nombreuses vertus, je pense que la Cyclanthère se retrouvera dans beaucoup de salades l’année prochaine.
    Merci de nous la faire découvrir au travers de votre article bien documenté, comme d’habitude. Bon week – end.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Elienad,
      Je suis heureux de contribuer à populariser la cyclanthère. Comme vous le dite elle a bien plus de vertus que d’inconvénients.
      Chez moi elle produit bien plus que je n’en consomme, mais j’apprécie avant tout sa qualité esthétique, ainsi que l’agréable parfum diffusé par la floraison.
      Je vous souhaite un beau dimanche

      Ben

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :