L’ILLUSION DE LA COMPENSATION CARBONE

Devant les enjeux, et les inquiétudes liés au réchauffement climatique, la compensation carbone apparaît comme un outil idéal, qui annulerait, comme par enchantement, les émissions de gaz à effet de serre. En théorie, le principe semble simple. Il s'agit d'investir dans des projets qui permettent de réduire les émissions de Co2 par le développement d'énergies renouvelables, ou qui permettent de capter le carbone déjà émis, notamment par des projets de reforestation. Chaque tonne de carbone évitée ou séquestrée devient alors un « crédit » carbone.

Nichoirs, hôtels à insectes, abris pour hérissons: Jusqu’où doit on intervenir ?

Les méthodes de jardinage respectueuses de l’environnement, et favorisant la présence d’une biodiversité optimale, sont de plus en plus adoptées par les jardiniers particuliers. Le commerce tente de s’adapter à ces nouvelles aspirations écologiques, et proposent aujourd’hui couramment toutes sortes de nichoirs, hôtels à insectes, et autres abris pour différents animaux du jardin allant de la chauve-souris au hérisson. Les prix pratiqués par les jardineries nous inciteraient presque à exiger un loyer de la part de la faune sauvage. Un petit hôtel à insectes de 30 par 40 cm vous coûtera pas loin de 40 Euros. À ces tarifs là, mieux vaut se questionner quant à la pertinence, et la nécessité réelle d’un tel objet, ainsi qu’à ses bénéfices potentiels… La fabrication artisanale maison de ce type d’abris est également envisageable, peu coûteuse, voire même gratuite si vous optez pour des abris moins sophistiqués, mais mieux adaptés aux animaux que vous voulez protéger.

LA PLANTE DU MOIS (Novembre 2019)

Moins tristounet et combien plus original que le célèbre chrysanthème de la Toussaint, j’opte ce mois ci pour une bulbeuse élégante fleurissant au début du printemps, ou en automne selon l’espèce. Individuellement discrète, la beauté de cette plante devient évidente lorsqu’elles sont plantés en nombre au pied de végétaux plus haut. La culture de ce bulbe est facile, seule exigence une terre bien drainée, et une exposition plutôt ensoleillée. Si vous avez de l’espace, vous pourriez même produire votre propre safran, en plantant la variété crocus sativus. La patience s’imposera alors pour procéder à la récolte de cette précieuse épice.