Nichoirs, hôtels à insectes, abris pour hérissons: Jusqu’où doit on intervenir ?

Les méthodes de jardinage respectueuses de l’environnement, et favorisant la présence d’une biodiversité optimale, sont de plus en plus adoptées par les jardiniers particuliers. Le commerce tente de s’adapter à ces nouvelles aspirations écologiques, et proposent aujourd’hui couramment toutes sortes de nichoirs, hôtels à insectes, et autres abris pour différents animaux du jardin allant de la chauve-souris au hérisson.
Les prix pratiqués par les jardineries nous inciteraient presque à exiger un loyer de la part de la faune sauvage. Un petit hôtel à insectes de 30 par 40 cm vous coûtera pas loin de 40 Euros. À ces tarifs là, mieux vaut se questionner quant à la pertinence, et la nécessité réelle d’un tel objet, ainsi qu’à ses bénéfices potentiels… La fabrication artisanale maison de ce type d’abris est également envisageable, peu coûteuse, voire même gratuite si vous optez pour des abris moins sophistiqués, mais mieux adaptés aux animaux que vous voulez protéger.

PERMACULTURE: Le principe du sol vivant

J’ai déjà pu évoquer dans de précédents articles l’importance de protéger, et nourrir le sol. Le paillage permanent, la culture d’engrais verts, et un bon compostage de surface sont les clés pour favoriser la vie du sol, et la préserver.
Cet article a pour but de présenter les organismes à l’œuvre dans la terre, afin de mieux comprendre le fonctionnement général du sol, qui représente un écosystème complexe à part entière. Souvent vu comme une matière inerte, la terre est au contraire un vrai réservoir de diversité dans cette microbiologie qu’elle contient. Les organismes visibles en surface ne constituent qu’une part minime de la vie évoluant dans le sol. Les micro-organismes, tels que microbes, bactéries, organismes fongiques, et amibes, longtemps restés cachés à notre connaissance, s’avèrent être d’une importance biologique indispensable à un sol en bonne santé.

Escargots et limaces ; Gestion du « problème » en permaculture

Les gastéropodes(limaces, loches, escargots…)sont des animaux très actifs à l’automne, à la faveur des pluies, de journées plus fraîches, et d’une atmosphère plus humide. Ils posent plus de problèmes au printemps, période traditionnelle de la plus part des semis, lors de laquelle ils trouvent des conditions météo favorables, similaires à l’automne. Ces animaux peuvent vivre plusieurs années, et se reproduisent beaucoup, la plus part sont hermaphrodites, et peuvent donc se reproduire seuls. D’une résilience impressionnante, certains peuvent rester plusieurs mois en « repos », attendant une météo favorable à leurs petits raids nocturnes au potager, ou dans les massifs du jardin. Malgré les dégâts occasionnés, ces êtres gluants ont aussi un rôle important pour l’environnement, et sont indispensables à un écosystème sain, complet dans sa diversité.