LE PAILLAGE PERMANENT ; Une base en permaculture

Lorsque l’on veut démarrer une production potagère en permaculture, l’une des règles élémentaires, est de préserver au maximum la vie présente dans le sol. Les insectes, vers de terre, et autres organismes fongiques(champignons), ou micro-organismes tels que bactéries, nématodes, et amibes sont à l’œuvre en permanence dans un sol en bonne santé. Ils maintiennent le terrain fertile, bien structuré, et surtout décompacté. Préserver la terre est donc un objectif, doublé d’un impératif qui commence par un paillage efficace. Autonomie Jardin fait le point sur cette méthode de plus en plus plébiscitée.

Les engrais verts, une façon écologique d’enrichir le sol.

Luzerne, trèfles, livèche, la vesce, ou encore la moutarde sont parmi les plus connus de ces engrais dits verts. Leur bienfaits sur la régénération du sol, et la fixation de l’azote dans ce dernier étaient déjà connus de nos ancêtres qui pratiquaient les méthodes de jachères, dont le principe est similaire. Reléguée au rang des pratiques désuètes par l’agriculture moderne, elle a su traverser les époques, notamment dans les campagnes, avant de revenir en force avec l’avènement de l’agriculture bio, au début des années 2000. Peu connus du grand public, habitués jusqu’alors au tout chimique, ces engrais verts sont de plus en plus recherchés, et adoptés par le jardinier particulier. Autonomie Jardin vous faits un petit récapitulatif de ces végétaux fertilisants, et de leur utilisation.

RESPECT ENVIRONNEMENTAL, OBSERVATION, ET SYNERGIE : L’arsenal d’un jardinier autonome

Jadis conditionné, et formé aux méthodes conventionnelles de jardinage classique parsemées de mythes horticoles sortis tout droit des fables, j’ai longtemps été convaincu, à tort, que du bon matériel faisait d’efficaces jardiniers. Mais quelle erreur !