HUGELKULTUR : La butte autofertile

Conceptualisée initialement par Sepp Holzer, permaculteur Autrichien, cette méthode de butte de culture autofertile est devenue progressivement, à tort, l’un des symboles de la permaculture. La technique a en effet été adoptée par beaucoup de permaculteurs, qui en l’adaptant à leurs besoins, et à leurs types de sols respectifs, ont donnés lieu à de nombreuses variantes , dans leurs formes, mais également dans leurs compositions. Le point commun à toutes, est une base de bois, troncs et bûches en décomposition, éléments essentiels à ce type de buttes. Autonomie Jardin vous explique comment réaliser vous même ces supports de cultures, leurs fonctionnements, mais également dans quels cas il vaut mieux, raisonnablement, y renoncer.

Biodynamie : La grande réforme du jardinage

Longtemps considérée comme une pratique ésotérique et occulte, le principe de biodynamie a vu le jour au début du siècle dernier. Les bases de cette méthode agricole peu connue, ont été posée en 1924 par Rudolph Steiner qui donna une série de conférences sur le sujet. Il ne rencontra que peu d’adeptes, et beaucoup d’obstacles, dont l’émergence de l’agriculture moderne et intensive. Les scientifiques, incapables de prouver l’efficacité de cette méthode qu’il ne prirent pas même le temps d’étudier, classeront rapidement cette pratique dans le domaine de la foi religieuse. Avec le retour de l’agriculture biologique, bien des années plus tard, le débat est relancé quand à l’efficacité de cette technique du non-agir contre les éléments naturels, pour mieux avancer dans leur sens. La permaculture, dont les résultats sont probants, tend à démontrer que ce concept marche, et la biodynamie revient dès lors à l’ordre du jour, notamment en viticulture. Les produits issus de cette agriculture sont aujourd’hui labellisés, et sont estampillés « DEMETER ». Autonomie Jardin vous fait une petite introduction sur ce sujet bien fondé, mais aux fondements très discutés.

LE PAILLAGE PERMANENT ; Une base en permaculture

Lorsque l’on veut démarrer une production potagère en permaculture, l’une des règles élémentaires, est de préserver au maximum la vie présente dans le sol. Les insectes, vers de terre, et autres organismes fongiques(champignons), ou micro-organismes tels que bactéries, nématodes, et amibes sont à l’œuvre en permanence dans un sol en bonne santé. Ils maintiennent le terrain fertile, bien structuré, et surtout décompacté. Préserver la terre est donc un objectif, doublé d’un impératif qui commence par un paillage efficace. Autonomie Jardin fait le point sur cette méthode de plus en plus plébiscitée.