ZAN, restons zen!

En balade ce matin dans le bois de Château-Vert, sur ma commune de La Londe-les-Maures, je suis à nouveau tombé sur ce que j’appelle une ZAN, comprenez une zone à nettoyer. De retour sur place cet après-midi, avec de la bonne volonté, du matériel, et de la détermination pour débarrasser cet espace naturel des déchets plastiques, métalliques, et autres papiers de natures douteuses, abandonné là par des porcs. Il n’existe pas d’autres qualificatifs, encore que ce soit insultant pour le porc. Dans la foulée, destruction d’une cabane de chasse, également occupée par les jeunes qui viennent s’encanailler à l’abris des regards.
Et comme on ne fait pas les choses à moitié chez Autonomie Jardin, j’en ai profité pour planter quelques dizaines de pousses de chêne vert.

COUP DE CŒUR (Janvier 2020)

Pour conclure ce 1er mois de 2020, un coup de cœur pour une initiative lilloise débutée en 2015, et qui est à l’origine d’un espace jardin écologique urbain. Ce type d’initiative est à encourager, je tenais donc à vous partager ce bel exemple d’action concrète qui améliore notre qualité de vie, et contribue à la protection de l’environnement.
Et puis, en bonus, un mini documentaire de la série « BRUT », qui donne du baume au cœur, celui-ci retrace les impacts positifs sur l’environnement, des efforts environnementaux de la dernière décennie écoulée.

COUP DE GUEULE

L’ANACHRONISME DE LA CHASSE –
L’objet de cet article n’est pas de jeter une énième pierre sur les chasseurs. Si révoltant soit leur petit hobby, je préfère m’en prendre aux vrais responsables. L’État, qui autorise cette pratique par tous, me met bien plus en colère. Les chasseurs, pour leur part, ne font que jouir(le mot n’est pas trop fort)d’un droit sanguinaire qui leur est concédé.
Ce loisir pose de multiples problèmes, de sécurité, et d’éthique bien sûr, mais aussi environnementaux. Les accidents, les dérives, et le braconnage, ne sont que les conséquences d’une démission des autorités en matière de gestion des espaces naturels.